Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Retraites : mobilisation en baisse, l'intersyndicale appelle à de nouvelles actions les 12 et 17 décembre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Entre 339.000 et 885.000 personnes ont défilé mardi partout en France contre la réforme des retraites qui doit être dévoilée ce mercredi par le gouvernement. La grève, qui se poursuit dans les transports, reste très suivie.

Manifestation contre la réforme des retraites à Toulouse, le 10 décembre 2019
Manifestation contre la réforme des retraites à Toulouse, le 10 décembre 2019 © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

339.000 personnes selon le ministère de l’Intérieur, 885.000 d'après la CGT ont manifesté ce mardi partout en France contre la réforme des retraites portée par l'exécutif qui doit détailler son projet mercredi. Il y avait en moyenne deux fois moins de monde dans les cortèges que le 5 décembre, mais la mobilisation reste massive dans les transports où le trafic sera toujours très perturbé ce mercredi. 

Environ deux fois moins de manifestants que le 5 décembre

À Paris, les syndicats ont compté 180.000 manifestants contre 250.000 le 5 décembre. 31.000 personnes ont défilé selon le ministère de l'Intérieur. Le cabinet indépendant Occurrence, qui travaille pour un collectif de médias, a pour sa part dénombré 27.000 manifestants dans la capitale depuis un point de comptage sur le parcours du défilé parisien, boulevard Raspail.

Selon les autorités, 12.000 personnes ont manifesté à Toulouse et à Marseille (contre respectivement 33.000 et 25.000 jeudi dernier), 9.500 à Lyon (contre 21.000), 9.000 à Bordeaux (contre 20.000), 9.000 à Nantes (contre 19.000), 6.400 à Montpellier (contre 20.000 le 5 décembre), 2.500 à Bayonne. Ils étaient 8.000 au Mans (contre 18.000 jeudi dernier selon la CGT), au moins 5.000 personnes à Pau et dans les rues d'Orléans selon les organisateurs, 4.000 à Metz et à Dijon, entre  2.000 à 4.000 à Nancy, entre 2.500 et 4.500 à Cherbourg, entre 1.500 et 2.000 à Reims, 6.000 à La Rochelle, environ 5.000 à Saint-Nazaire etc.

Comme jeudi dernier, la mobilisation est toutefois restée relativement importante dans des villes moyennes : 3.000 personnes à Lorient, 2.200 à Périgueux, 1.000 à Vierzon ou encore Laval.

Si la mobilisation dans la rue est en repli, "le mécontentement reste aussi haut", a fait valoir Philippe Martinez. "Aujourd'hui on est dans l'installation d'un mouvement", a indiqué de son côté Yves Veyrier, numéro un de FO, à l'initiative de la mobilisation avec la CGT, la FSU, Solidaires et quatre organisations de jeunesse.

En plus des défilés, des actions ponctuelles ont été organisées en régions. Sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais, une opération escargot sur l'A16 a provoqué au moins 7 km de bouchons en milieu d'après-midi. À Angoulême, 1.000 à 2.000 personnes ont préféré se réunir de manière statique entre une usine et un lycée professionnel, lieu symbole "de la convergence des luttes entre public et privé". En Savoie, une vingtaine de grévistes ont envahi le péage de Chambéry pour distribuer des tracts aux automobilistes. 

Mobilisation massive dans de nombreux secteurs

Transports, éducation, électricité : comme jeudi, la mobilisation a touché plusieurs secteurs.

  • Plus de trois quarts des conducteurs SNCF étaient en grève selon la direction.
  • Bercy a annoncé 10,2% de grévistes dans la fonction publique d'État.
  • Le ministère de l'Éducation nationale a recensé 12,5% de grévistes dans le primaire contre 51,15% jeudi 5 décembre. 
  • Dans les airs, Air France a annulé 25% des vols intérieurs et 10% des moyens courriers. EasyJet a supprimé 92 vols.
  • Chez EDF la grève a été moins suivie avec 26,9% de grévistes en fin de journée contre 41,4% le 5 décembre, selon la direction de l'électricien. D'après Laurent Heredia, secrétaire fédéral de la CGT Energie, une dizaine de sites de production d'électricité avaient enclenché la grève dans la nuit avec des baisses de charge de 6.000 mégawatts sur le réseau (5.600 MW à la mi-journée selon EDF). Enedis a annoncé son intention de porter plainte dans le Limousin.
Taux de grévistes ce mardi 10 décembre - Visactu
Taux de grévistes ce mardi 10 décembre © Visactu
  • 7 des 8 raffineries que compte la France étaient en grève. Des dockers ont organisé des blocages à Marseille et Rouen.
7 raffineries sur 8 bloquées selon la CGT - Visactu
7 raffineries sur 8 bloquées selon la CGT © Visactu

Quelques incidents dans plusieurs villes 

À Paris, 30 personnes ont été interpellées par la police qui a procédé à 1.920 contrôles préventifs, a annoncé la préfecture mardi soir.

À Rennes, quelquescasseurs ont brisé des vitrines de commerces dans le centre-ville. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène.

À Amiens également, des manifestants ont été repoussés avec des gaz lacrymogènes.

De nouvelles mobilisations mercredi, en marge des annonces gouvernementales

La grève est reconduite ce mercredi 11 décembre à la SNCF et à la RATP

  • SNCF 

Selon la direction, un peu plus d'un cheminot sur six (15,5%) est en grève ce mercredi, avec près des trois quarts des conducteurs (73,5%), la moitié des contrôleurs (49,9%) et 20,2% des aiguilleurs grévistes. 1 TGV sur 4, 3 TER sur 10, 1 Transilien sur 5, 1 Intercités sur 4 et 1 Ouigo sur 6 circuleront mercredi, annonce la direction de la SNCF ce mardi. Le trafic international sera également "perturbé".

  • RATP

10 lignes de métro sur seize - 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13 - seront fermées. Seules les lignes automatiques 1 et 14 fonctionneront normalement, de même que la ligne Orlyval (navette pour l'aéroport d'Orly). Les lignes de métro 4, 7, 8 et 9 "seront assurées partiellement aux heures de pointe" (06H30/09H30, 16H30/19H30). La moitié des bus circuleront.

► Les prévisions détaillées près de chez vous dans cet article.

Les syndicats de policiers appellent également à un rassemblement à 10h30, au siège du Conseil économique, social et environnemental à Paris. "Nous avons su démontrer notre capacité à sauver le pays, nous saurons démontrer notre capacité à défendre notre statut", ont indiqué Alliance Police Nationale, Unsa Police et Unité SGP Police dans un communiqué.

Le Premier ministre Édouard Philippe doit dévoiler à 12h00 "l'architecture" de la réforme. Périodes de transition pour les régimes spéciaux, revalorisation éventuelle des carrières de la fonction publique (notamment des enseignants), ou encore pénibilité et droits familiaux... le gouvernement est très attendu sur plusieurs sujets. "Ce n'est pas parce que je fais un discours (mercredi midi) que les manifestations vont cesser", a néanmoins prévenu le chef du gouvernement lors d'une réunion à huis clos avec le groupe LREM à l'Assemblée mardi selon plusieurs participants. "Il n'y a pas d'annonces magiques", a-t-il insisté.

Appel à des actions locales le 12 décembre et à une manifestation nationale le 17

L'intersyndicale réunie mardi soir a appelé à des actions locales le 12 décembre et à une manifestation nationale mardi 17 décembre à Paris.

"Les organisations appellent à organiser des actions de grève et de manifestations localement le 12 décembre, puis le week-end et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grève et de manifestation", a déclaré Frédéric Souillot (FO), à l'issue de la réunion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu