Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Rétro 2018 : revivez l'actualité de l'année avec France Bleu Armorique

Rétro 2018 : le mouvement des gilets jaunes en Bretagne

jeudi 3 janvier 2019 à 7:06 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Armorique

Le mouvement des gilets jaunes a marqué la fin de l'année 2018, et il n'est pas terminé. En Bretagne, à partir du 17 novembre, de nombreux rassemblements et blocages ont eu lieu, sur les ronds-points, devant le dépôt pétrolier de Brest ou encore dans les lycées et l'université Rennes 2.

Les gilets jaunes se sont mobilisés en Ille-et-Vilaine, comme dans tous les départements bretons.
Les gilets jaunes se sont mobilisés en Ille-et-Vilaine, comme dans tous les départements bretons. © Radio France - Maxime Bossonney

Bretagne, France

Le mouvement des gilets jaunes n'est pas encore terminé mais il aura bel et bien marqué les mois de novembre et décembre 2018. De nombreuses manifestations se sont déroulées en Bretagne, plusieurs ronds-points ont été bloqués dans les quatre départements. Retour en images et en vidéo sur cette mobilisation qui a débuté le 17 novembre.

Blocages le 17 novembre en Bretagne

Le mouvement débute donc mi-novembre. Les gilets jaunes se mobilisent dans des dizaines de villes bretonnes pour dire non aux hausses des taxes sur les carburants. Près de 9.000 personnes sont mobilisées dans la région.

En Ille-et-Vilaine, près de 5.000 manifestants bloquent la rocade de Rennes. A Louvigné-du-Désert, la ville est "encerclée" par des barrages filtrants. Blocages également à Fougères, Redon, Saint-Malo et Vitré.

Dans le Morbihan, environ 1.500 manifestants sont recensés selon préfecture à la mi-journée, elle compte également 12 points de blocage. La Nationale 165 à Vannes et la RN 24 à Ploërmel sont fermées. À Lanester, une femme de 69 ans, portant un gilet jaune, est percutée par un véhicule, heureusement elle n'est que légèrement blessée. 

Dans les Côtes-d'Armor, on dénombre 58 lieux bloqués, près de 7.700 personnes mobilisées dans le département. Et dans le Finistère, ça coince au niveau de Quimperlé et de Quimper. A Brest, au rond point de Penn ar C'hleuz, il y a une bousculade entre des manifestants et les forces de l'ordre, qui tentaient de passer un point de blocage. 

Et la mobilisation continue toute la semaine

Les jours suivants, les blocages persistent dans le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine et les Côtes-d'Armor.

Le 20 novembre, les gilets jaunes sont toujours sur les ronds-points. Mais le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner,  dénonce "la dérive totale" du mouvement. Il parle de "trois policiers blessés à coup de boules de pétanque" et l'intervention des forces de l'ordre dans la nuit à Langueux, près de Saint-Brieuc, pour déloger d'un centre commercial "des hommes qui avaient des barres de fer et des cocktails molotov".

Après les débordements à Langueux, le Préfet des Côtes-d'Armor prend un arrêté pour interdire tout rassemblement sur la zone. Et les gilets jaunes du secteur décident de ne plus faire d'actions de nuit pour ne pas être assimilés aux casseurs.

Dorénavant, on demandera aux gens qui manifestent avec nous de rentrer chez eux à partir de 20h30. Ceux qui resteront seront des casseurs !"

Au cinquième jour de mobilisation, encore des barrages filtrants à Pontivy et Kervignac dans le Morbihan, ou encore à Plaintel dans les Côtes-d'Armor, au niveau de la plate-forme logistique du Super U. Les dépôts pétroliers de Vern, près de Rennes, et Lorient sont en revanche débloqués.

Un deuxième samedi de mobilisation

Depuis une semaine, les gilets jaunes manifestent sur les routes bretonnes. Ce samedi 24 novembre, loin de l'agitation parisienne, ils se rassemblent dans le calme à Saint-Malo. Et occupent toujours le rond-point du Grand Aquarium.

Isabelle et sa pancarte: "Je traverse la rue pour trouver du travail". - Radio France
Isabelle et sa pancarte: "Je traverse la rue pour trouver du travail". © Radio France - Brigitte Hug

Pourquoi aller à Paris ? Pour aller se faire taper dessus par les forces de l'ordre. Non, ce n'est pas le but. Autant qu'on se fasse voir dans nos petits pays." - Manu, médiateur du groupe de Saint-Malo

Le 27 novembre, dans un discours, Emmanuel Macron explique qu'il "ne changera pas d'avis"concernant la hausse des taxes sur le prix des carburants. Il annonce par ailleurs un renforcement de la prime à la conversion et une grande concertation de trois semaines. 

Sur le terrain, les gilets jaunes sont très loin d'être convaincus et poursuivent leurs actions. Le dépôt pétrolier de Brest est bloqué à son tour, et un troisième samedi d'actions est prévu. A Rennes, plus 200 gilets jaunes manifestent dans les rues de la capitale bretonne. Le cortège défile notamment devant les grilles des Finances publiques.

L'entrée du centre des impôts à Rennes a été bloquée par les gilets jaunes. - Radio France
L'entrée du centre des impôts à Rennes a été bloquée par les gilets jaunes. © Radio France - Sarah Mansoura

Certains gilets jaunes sont également mobilisés au péage de la Gravelle, à l'est de Vitré, du côté de Saint-Malo, de Dinan ou de Loudéac. Plusieurs opérations escargot sont organisées, notamment près de Saint-Brieuc, et entre Auray et Lorient. 

Des élus solidaires

A Saint-Guinoux, au nord de l'Ille-et-Vilaine, les élus décident de prendre part à la mobilisation et mènent des actions symboliques. Ils déposent notamment des gilets jaunes sur les panneaux de signalisation, ou encore décorent en jaune l'arbre planté devant la mairie.

Il n'est pas question d'appeler à la démission de Macron. Ce n'est pas le propos. Le propos, c'est de dire à nos concitoyens que nous sommes là, à leur écoute, et solidaires." - Pascal Simon, le maire de Saint-Guinoux

Des gilets jaunes sur les panneaux à l'entrée du bourg de Saint-Guinoux. - Radio France
Des gilets jaunes sur les panneaux à l'entrée du bourg de Saint-Guinoux. © Radio France - Brigitte Hug

Le 3 décembre, la préfecture du Finistère met en place des restrictions pour l'achat de carburant, alors que les dépôts pétroliers de Brest et Lorient sont bloqués depuis une semaine. Certaines stations-service de Bretagne ont en effet les cuves vides.

Mais quelques jours plus tard, le 8 décembre, le dépôt de Brest est finalement débloqué, tout comme celui de Lorient. Cela fait suite aux annonces d'Edouard Philippe concernant la suspension des hausses fiscales sur les carburants et notamment sur le GNR, le Gazole Non Routier. Les gilets jaunes eux ne désarment pas.

Nouvelles annonces d'Emmanuel Macron, des gilets jaunes toujours sur les ronds-points

Le 10 décembre, le chef de l'État prend la parole et décrète "l'état d'urgence économique et social". Emmanuel Macron fait son mea culpa, dit ressentir comme "juste à bien des égards" la colère des gilets jaunes. Et annonce plusieurs mesures, notamment l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois, et la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités qui touchent moins de 2.000 euros par mois.

Mais le président ne convainc pas les gilets jaunes qui poursuivent leur mouvement, à Brest, Landivisiau, Paimpol, Dinan, ou encore à Pontivy. Et ils sont rejoints par les lycéens et les étudiants. En Bretagne, les cours sont bloqués ou perturbés dans neuf établissements. Les élèves protestent eux contre la réforme du bac et Parcoursup. Blocage également de l'université Rennes 2 pendant quatre jours.

Les deux samedis suivants, les gilets jaunes continuent de battre le pavé. Le 15 décembre, ils sont une centaine dans les rues de Rennes, où une minute de silence est respectée en hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg et aux gilets jaunes "tombés" depuis le début du mouvement.

Une centaine de gilets jaunes ont convergé place de la mairie avant de défilé dans le centre-ville de Rennes. - Radio France
Une centaine de gilets jaunes ont convergé place de la mairie avant de défilé dans le centre-ville de Rennes. © Radio France - Maxime Bossonney

D'autres manifestants sont mobilisés devant les entrepôts du transporteur STG à Noyal-sur-Vilaine, en Ille-et-Vilaine. Ils filtrent les sorties et laissent passer un camion toutes les 30 minutes.

Le 22 décembre, la rocade rennaise est totalement bloquée pendant une bonne partie de l'après-midi, en plein week-end de départ en vacances. L'atmosphère est quelque peu électrique entre manifestants et automobilistes. Mais tout revient à la normale vers 19h.

Des centaines de voitures à l'arrêt sur la rocade en ce week-end de départ en vacances. - Radio France
Des centaines de voitures à l'arrêt sur la rocade en ce week-end de départ en vacances. © Radio France - Maxime Bossonney

Quelques jours plus tôt, les gilets jaunes ont été délogés des ronds-points. Et pour les empêcher de revenir, le Préfet du Morbihan prend un arrêté pour interdire les rassemblements sur ces ronds-points récemment évacués.

Grosses difficultés pour les entreprises et les commerces

Le 12 décembre, la préfecture de la région Bretagne met en place une série de mesures pour aider les entreprises. En effet, suite au mouvement des gilets jaunes, le manque à gagner est important pour beaucoup d'entre elles. 

Tout d'abord, un numéro de téléphone, le 02 99 12 21 36, voit le jour : à l'autre bout du fil, des conseillers sont là pour orienter les patrons en fonction de la nature des problèmes rencontrés. Ensuite, la préfecture veut mettre en musique les mesures préconisées par le ministère de l'économie et des finances face à la situation. En premier lieu, un étalement des échéances sociales et fiscales. Et enfin, elle offre la possibilité aux commerces d'ouvrir le dimanche pendant les fêtes. 

Il faut dire que les temps sont durs. Selon une étude de la Chambre de Commerce et d'Industrie Régionale de Bretagne, deux commerces bretons sur trois affirment avoir perdu du chiffre d'affaires depuis le début des manifestations de gilets jaunes. 

L'économie bretonne vue par les chefs d'entreprise en décembre 2018. - Radio France
L'économie bretonne vue par les chefs d'entreprise en décembre 2018. © Radio France - Benjamin Bourgine

Et le mouvement des gilets jaunes se poursuit. Certains sont toujours mobilisés, un peu partout en France, et comptent bien le rester jusqu'à obtenir satisfaction.