Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le dossier des cliniques privées du Nord Franche-Comté

Rétrospective 2015 : la fermeture de la clinique privée de Montbéliard

jeudi 24 décembre 2015 à 11:25 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard

Pour les fêtes de fin d’année, France Bleu Belfort Montbéliard vous propose de jeter un coup d’œil sur les évènements marquants de 2015. Retour ce jeudi sur la fermeture de la clinique privée de Montbéliard.

La clinique de Montbéliard a fermé fin octobre 2015.
La clinique de Montbéliard a fermé fin octobre 2015. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Montbéliard, France

C’est au rayon santé mais aussi social qu’on retrouve ce dossier de 2015. La fermeture de la clinique des Portes du Jura à Montbéliard, fin octobre, malgré une offre de reprise du groupe Dracy-le-Fort, déjà propriétaire de la clinique de la Miotte à Belfort, aura été un long feuilleton. Et un feuilleton qui se termine mal, avec le licenciement économique de 104 salariés.

"Un énorme gâchis"

Deux mois plus tard, nous prenons des nouvelles des employées avec Véronique Hennequin, ancienne déléguée du personnel. "Quelques-unes ont retrouvé un emploi, pour les autres la cellule de reclassement se met en place avec pôle emploi, mais c’est dur pour la plupart d’entre nous. » Surtout en cette période de fin d’année et même avec les indemnités de licenciements.

"Des salariées se retrouvent seules avec des enfants."

Difficile pour toutes les infirmières, les aides-soignantes aussi, de se retrouve sans travail à la maison du jour au lendemain. "Encore plus quand on sait que 10.000 patients à l’année avaient besoin de nous, déplore Véronique Hennequin. C’est une offre de soin qui disparaît alors qu’il y avait un repreneur." Et même l’ouverture du site médian de Trévenans en 2016 ne rassure personne. Avec la fusion des hôpitaux de Belfort et de Montbéliard, l’effectif est déjà rempli.