Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réunion Corse – gouvernement : rien de plus qu’une entente autour du déconfinement

-
Par , , , France Bleu RCFM

L’organisation d’une réunion spécifique à la Corse aurait pu laisser penser à un traitement spécifique de la crise de covid-19. C’est du moins l’avis des élus de la majorité territoriale, déçus finalement de la tournure des échanges.

Réunion Corse – gouvernement : rien de plus qu’une entente autour du déconfinement
Réunion Corse – gouvernement : rien de plus qu’une entente autour du déconfinement -

Deux heures de discussions, mais pas de fumée blanche. C’est un peu là le résumé de la réunion qui s’est tenue mercredi, en fin d’après-midi , entre, d’un côté, le premier ministre, Edouard Philippe et plusieurs de ses ministres, et de l’autre le président de l’Exécutif de Corse, Gilles Simeoni et des élus insulaires. 

Collaboration autour du déconfinement 

Pas de fumée blanche donc à l’issue d’une réunion où ont été abordées différentes problématiques concernant la Corse. « Il n’y a pas eu de décisions conclusives. Le premier ministre et les ministres présents ont simplement voulu faire un tour d’horizon des différents problèmes qui se posent à la Corse » indiquait Laurent Marcangeli, le maire d’Ajaccio. 

Et le premier des problèmes porte sur le déconfinement progressif annoncé pour le 11 mai prochain par le président de la République. Un déconfinement qui se travaillera en collaboration avec les élus insulaires. « Le premier ministre a annoncé que la Corse bénéficiera d’une démarche territorialisée, c’est à dire une démarche qui prendra en compte ses spécificités » précisait Franck Robine, le préfet de Corse, qui était également présent à ce rendez-vous. « Le premier ministre m’a demandé, ainsi qu’à l’ARS, d’ouvrir le dialogue avec les acteurs pour formaliser ce que pourrait être le déconfinement en Corse. La méthode est en cours de construction au niveau national. Au plan local, c'est important que l’on puisse trouver les voies et moyens pour organiser le déconfinement en fonction des enjeux propres de la Corse. Il y aura une démarche progressive de déconfinement qui pourra être longue. Le rythme du déconfinement dépendra de la situation sanitaire. Priorité sera faite à la santé de la population. »

L’idée de ce travail collectif sur le déconfinement prochain aura été, incontestablement le point positif de cette réunion de travail. Et l’échange a permis, notamment au maire d’Ajaccio de faire valoir ses inquiétudes quant à une reprise des cours le mois prochain. « L’ouverture des écoles me parait compliquée. L’épidémie continue de circuler sur le pays ajaccien. Ajaccio a été parmi les premiers clusters de l’épidémie. Nous avons demandé de différer le retour en classe. J’espère que le premier ministre nous a entendus » précisait Laurent Marcangeli.

Un point de vue sur la problématique de déconfinement partagé par le président de l’Exécutif de Corse. Gilles Simeoni a indiqué « qu’il ne pouvait y avoir de déconfinement sans consultation locale ».

Divergences médicales 

L’entente relative au déconfinement ne s’est pas retrouvée en revanche sur les autres dossiers. Premier point de divergence : la participation de la Corse au programme « Coverage », une expérimentation médicale pour les plus de 65 ans, avec cinq molécules, dont la chloroquine. « Nous en prenons acte » assure le président de l’Assemblée de Corse malgré tout déçu. « Ce n’est pas ce que nous demandions » précise Jean-Guy Talamoni qui regrette également l’absence de réponses sur les demandes formulées en termes de tests.

Réponse timide à la crise économique 

Enfin, les élus corses n’ont visiblement pas plus été satisfaits de la réponse apportée par le gouvernement sur la crise économique. Gilles Simeoni évoque « une réponse timide » alors qu’il réclame des mesures fortes comme par exemple « l’effacement des charges dans tous les secteurs. »  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess