Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réveillon de Noël : les Lorrains se précipitent au marché pour leurs achats de dernière minute

-
Par , France Bleu Sud Lorraine
Nancy, France

Plus que quelques heures avant la bûche et les Lorrains ont profité de cet ultime samedi avant le réveillon de Noël pour peaufiner leur dîner. A Nancy, le marché couvert a attiré deux fois plus de monde que d'habitude. Et ce n'est pas fini : c'est encore ouvert ce dimanche 24 pour les retardataires.

Deux fois plus de clients que d'habitude étaient attendus ce samedi au marché couvert de Nancy
Deux fois plus de clients que d'habitude étaient attendus ce samedi au marché couvert de Nancy © Radio France - Lucas Valdenaire

Derniers achats et dernières courses avant le réveillon de ce dimanche. Le mot est bien choisi : c'est vraiment la course ce week-end ! Dinde, foie gras, huîtres, chocolat et bouteilles de vin : il ne faut rien oublier. Et surtout, essayer de se frayer un chemin entre les étales et les files d'attentes. Il y a avait deux fois plus de monde que d'habitude ce samedi au marché couvert de Nancy. Et demain, ouverture exceptionnelle pour ceux qui achètent à la toute dernière minute. 

Organisation quasi-militaire et magie de Noël

Heureusement, Henri a tout prévu. Ce quinquagénaire est "très, très organisé !"

"Le menu est prêt depuis quinze jours. Tout est dispatché, badgé et chacun a son rôle. On fait nos commandes avant (...) au lieu de faire la queue."

"Tout est dispatché, badgé et chacun a son rôle !" - Henri

"C'est un peu la galère mais bon, c'est Noël ! Il faut laisser opérer la magie de Noël et après le reste, ça va tout bien !"

"Les clients viennent de plus en plus tard"

Du côté des commerçants, avant de faire les comptes, il faut gérer tous ces clients d'un coup. D'autant qu'ils sont de plus en plus pressés, comme le confirme Bertrand, l'un des bouchers du marché couvert : 

"Les clients viennent de plus en plus tard. Une semaine ou quinze jours avant Noël, ils ne savent pas encore combien ils seront (à table) et ce qu'il feront à manger. C'est ça le plus compliqué à gérer."

"On fait du 5h-20h !" - Bertrand le boucher

"Comment on fait ? Il n'y a pas de remède miracle : on prévoit toujours un peu plus que les années d'avant. On n'a pas de renfort particulier, juste une organisation différente et un peu plus d'heures. On vient très tôt le matin pour que ce soit prêt quand les clients arrivent. Là c'est du 5h-20h !"

"S'il faut du foie gras, on achète du foie gras"

Au marché couvert de Nancy, certains se font plaisir et tant pis pour le porte-monnaie ! C'est le cas de Sylvain, par exemple : un inconditionnel du foie gras. "Cela fait longtemps que je ne regarde plus ce que ça coûte, concède le quadragénaire. En fait, je ne regarde pas mes tickets de carte bleue. On dépense, après on regarde ce qu'il reste pour le mois et on fait en fonction. S'il faut du foie gras, on achète du foie gras ! Les bons produits ? Ça a un prix !"

D'ailleurs, le prix du foie gras a sérieusement augmenté cette année. A cause de la grippe aviaire dans le sud-ouest, il est presque 30% plus cher que d'habitude. Henri, lui, son péché mignon ? C'est l’huître. Il en prend deux douzaines et demi : 

"Bien sûr je regarde les prix, mais bon je viens une fois par an ici, alors on se lâche un peu pour les fêtes !"

"Ça réduit le budget"

Même si certains changement tout de même leurs habitudes de consommations. "Les clients réduisent leurs tablées pour Noël, affirme Bertrand le tripier. Avant, quand ils étaient dix ou douze, et bien là, ils ne sont plus que six ou huit à table. Ça réduit le budget" 

"Parfois, ils disent que c'est un peu cher. Alors, ils prennent 800 grammes au lieu d'un kilo !" - Christophe, un autre boucher

Madison et Maxime, eux, regardent de très près les prix affichés. Ils ont 21 et 23 ans et reçoivent leurs parents pour une plancha le soir du 24 décembre. "Bien sûr, on fait attention, concède Madison. Je suis encore étudiante. Alors, on demande une participation à notre famille pour le fois gras par exemple. Mais on fait le dessert nous-mêmes !" 

Financièrement, ce n'est pas évident non plus pour Sylvie. Mais cette septuagénaire n'a pas pu résister devant les pâtes de fruits. Cette année, elle en a pris "un tout petit peu, j'en ai pour quatre euros," compte-t-elle. 

"Bha ! Parce que la vie et chère ! Et à la retraite, on n'a pas de gros revenus. Mais ça n’empêche pas de se faire plaisir !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess