Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Revenu universel d'activité : en Gironde, Jean-Luc Gleyze craint "un RSA lifté"

jeudi 13 septembre 2018 à 16:19 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

"Pour ne pas oublier les derniers de cordée" pour reprendre sa formule, Emmanuel Macron a présenté ce jeudi à Paris, son plan pauvreté. Avec, une loi en 2020, créant un revenu universel d'activité. Le président du département de la Gironde Jean-Luc Gleyze, reste sur sa faim et attend des précisions.

Emmanuel Macron a dévoilé son plan pauvreté au musée de l'homme à Paris devant notamment des élus et le président du département de la Gironde Jean-Luc Gleyze
Emmanuel Macron a dévoilé son plan pauvreté au musée de l'homme à Paris devant notamment des élus et le président du département de la Gironde Jean-Luc Gleyze © Maxppp - MAXPPP

Gironde, France

Huit milliards d'euros injectés sur quatre ans "pour ne plus oublier personne, parce que nous nous sommes trop souvent habitués au scandale de la pauvreté". Le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé sa stratégie ce jeudi à Paris. Parmi les mesures phares annoncées : une loi en 2020 pour créer un "revenu d'activité universel" qui fusionnera "le plus grand nombre possible de prestations", du RSA aux aides au logement, dont "l'État sera entièrement responsable". Ce revenu sera "soumis à des droits et des devoirs supplémentaires"

Jean-Luc Gleyze le président socialiste du département de la Gironde a assisté au discours d'Emmanuel Macron. Il s'est dit "surpris" par cette annonce de revenu universel d'activité, qui reprend l'idée lancée il y a deux ans en Gironde, de revenu de base qu'il défend avec d'autres présidents de départements.

France Bleu Gironde : revenu universel d'activité et revenu de base, est-ce la même chose ?

Jean-Luc Gleyze : La grande différence avec nous, c'est qu'il est conditionné à des droits et devoirs, dégressif en fonction des revenus. Et en cela, il n'est pas universel. Ce n'est pas ce que nous avions évoqué. Il y a en revanche, des choses communes qui vont nous amener à débattre avec les 19 départements sur la suite à donner à notre expérimentation. 

Emmanuel Macron a dit : ne l'appelez surtout pas le RUA. Mais j'ai le sentiment qu'on a transformé le RSA en RUA

Dans le détail, il y aurait fusion des prestations. En savez-vous plus ?

Pour l'instant, il y a des déclarations d'intention mais nous attendons de voir justement comment cela va se traduire dans les faits. Objectivement, nous restons sur notre faim, sur ce plan pauvreté. Il va falloir préciser comment le département va jouer son rôle et quels financements seront accordés. Sur les prestations, il a annoncé une fusion du RSA et des allocations logement, mais nous ne savons pas pour la prime d'activité. J'y vois pour l'instant une sorte de RSA lifté : un revenu attribué à des catégories de population en fonction de leurs revenus et avec des conditions de reprise d'activité. Emmanuel Macron a dit : ne l'appelez surtout pas le RUA. Mais j'ai le sentiment qu'on a transformé le RSA en RUA.

Allez-vous être associé à la réflexion avant la loi de 2020 ?

Apparemment oui. La volonté du président serait d'associer des partenaires, à la réflexion et à la constitution de cette loi. En tous cas, nous avons des choses à dire sur le sujet. Il y a des valeurs communes dans ce que le chef de l'Etat a annoncé aujourd'hui. Après, je répète, nous ne voyons pas très bien, leurs traductions concrètes. En quoi les annonces faites aujourd'hui, vont changer le quotidien de ceux qui sont le plus en situation de pauvreté ?