Économie – Social

Puy-de-Dôme : Imperial Brands met fin au projet des salariés de la Seita à Riom

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne mardi 3 octobre 2017 à 8:41

La direction d'Imperial Brands dit non au projet de SCOP
La direction d'Imperial Brands dit non au projet de SCOP © AFP - Jean-Sébastien Evrard

La direction d'Imperial Brands a refusé de donner pour l'euro symbolique ou de louer une partie des machines nécessaires au démarrage du projet de société coopérative des 40 salariés de la Seita.

La réunion de la "dernière chance" s'est tenue lundi en fin de journée dans un hôtel du centre-ville de Clermont-Ferrand. Les représentants des salariés et porteurs du projet de SCOP ont rencontré un des patrons britanniques du groupe Imperial Brands et une responsable DRH de la Seita. Une direction qui ne croit pas en la viabilité du projet de société coopérative. Dans un premier temps, la SCOP devait permettre de produire des cigarettes, avant de développer des produits innovants à partir de plants de tabac. Sans machine, plus rien n'est possible.

Des machines sans doute à la casse

Le projet de SCOP est donc compromis. Or, en juillet dernier, une délégation était allée rencontrer le groupe en Angleterre et une entente semblait possible. Un coup de massue donc pour Stéphane Allègre, le président de l'ACFTF, l'Association pour la Conservation de la Filière Tabacole en France, créée l'été dernier pour porter le projet de SCOP. Ce refus britannique intervient après des mois de lutte. L'amertume est d'autant plus grande que les machines en question iront sans doute "à la casse"...

Déçus et en colère mais pas anéantis

Pour autant, les salariés restent mobilisés. L'association créée l'été dernier pour porter le projet de SCOP continue d'exister et les réunions du mardi sont maintenues. Des courriers ont déjà envoyés aux élus locaux pour solliciter leur soutien et des contacts vont être pris avec l'union régionale des SCOP Auvergne. L'association promet aussi de suivre attentivement le démentèlement du site qui pourrait débuter au mois de novembre.

Encore des candidats à la reprise

Au delà du projet SCOP, il y a encore des candidats possibles à la reprise du site de Riom, dont un qui parait sérieux. Pour le moment, les informations sont confidentielles car ce repreneur potentiel n'a pas négocié le prix du site. Combien de postes créés ? Une soixantaine selon certaines sources, moins selon d'autres. S'agira-t-il d'embauches locales ? Pas forcément. "On ne peut pas garder une friche industrielle" explique le maire de Riom, Bernard Pécoul. La fermeture de la Seita est un coup très dur.