Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Risque de sureffectif dans un collège de Bordeaux : des parents manifestent

mercredi 13 mars 2019 à 21:38 Par Fanette Hourt, France Bleu Gironde

Les parents d'élèves du collège Aliénor d'Aquitaine manifestent ce jeudi matin pour dénoncer le risque de sureffectif dans cet établissement.

Le collège Aliénor d'Aquitaine à Bordeaux.
Le collège Aliénor d'Aquitaine à Bordeaux. - Google Maps

Bordeaux, France

Des parents d'élèves inquiets pour l'avenir du collège Aliénor d'Aquitaine. Cet établissement se situe dans le quartier de la gare à Bordeaux, au coeur du grand projet Euratlantique. Parmi les constructions réalisées ou prévues, il y a Bordeaux métropole Arena, la cité numérique, le pont de la Palombe qui passera au-dessus des voies ferrées... mais aussi énormément d'immeubles d'habitation. A terme, ce sont ainsi près de 40 000 nouveaux habitants que l'on attend.

Une perspective qui préoccupent les parents d'élèves de l'établissement. Car nouveaux habitants signifie nouveaux enfants à scolariser. Or le collège Aliénor d'Aquitaine est déjà presque saturé. C'est pourquoi, ils ont décidé de manifester ce jeudi matin, de 8 à 9h, afin d'alerter les pouvoirs publics.

Déjà plus de 800 élèves dans ce collège

Deux nouveaux collèges sont bien prévus dans ce quartier, mais ils ne seront pas prêts avant 2022. En attendant, des familles commencent donc à arriver et à inscrire leurs adolescents dans ce collège aux effectifs déjà importants.

"Pour l'instant, il est question d'augmenter énormément les effectifs, ce qui nous inquiète car le collège est déjà à plus de 800 élèves", décrit Agnès, membre de la FCPE et mère d'une fille scolarisée en 5e au collège Aliénor d'Aquitaine. "Quand le collège a ouvert, il y avait 650 élèves environ. Pour nous, il peut accueillir encore 20, 30, 40 élèves mais guère plus", explique-t-elle. 

On se retrouve toujours en situation critique jusqu'à ce que ça se débloque. Alors que ce serait bien d'envisager des solutions avant la crise. - Agnès, parent d'élève

La fille d'Agnès est en 5e au collège Aliénor d'Aquitaine.

Les parents manifestent donc pendant une heure ce jeudi matin pour interpeller le département, en charge des collèges, et le rectorat. Ils ne prévoient pas de bloquer l'entée du collège ni les salles de classe, mais d'informer les élèves et les autres parents.

"Le foncier est limité"

Une inquiétude qui est légitime pour Guy Moreno, le vice-président du département de la Gironde en charge des collèges. Le conseil départemental est d'ailleurs en train de chercher des solutions à court terme, afin d'accueillir les nouveaux élèves aux prochaines rentrées. Mais Guy Moreno avoue faire face à un problème de foncier.

Guy Moreno, vice président du conseil départemental de la Gironde.

"On ne peut pas mettre des modulaires, chose que l'on fait habituellement de manière temporaire", explique le vice-président du département. "Donc _cette extension passera par la mise en place d'une annexe à proximité directe du collège_. On est en train de négocier, ce n'est pas encore défini, plusieurs pistes sont abordées", avoue-t-il.

Cette question du foncier est d'ailleurs un problème récurrent rencontré par les collectivités locales dans ce type de configuration. En effet, bien souvent, un bras de fer se joue entre les promoteurs et les pouvoirs publics, qui n'ont ni les mêmes objectifs, ni les mêmes impératifs. 

Un collège ne rapporte pas d'argent, donc ce n'est pas toujours la priorité des promoteurs. Ainsi, c'est bien souvent la croix et la bannière pour les départements pour arracher un bout de terrain pour construire un établissement scolaire. Des tractations qui prennent du temps et qui ralentissent bien souvent la mise en route de tels travaux.

Le département promet en tout cas de trouver une solution très rapidement. La construction des deux nouveaux collèges devraient bientôt commencer et les travaux devraient être achevés en 2022.