Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Au CHU de Grenoble, près d'un interne sur trois en grève

-
Par , , France Bleu Isère

Le CHU de Grenoble compte 700 internes. Mardi, ils étaient près de 200 à s'être mis en grève contre la réforme des retraites et parmi eux, Robin Genoud, interne depuis 18 mois en cardiologie qui témoigne alors que d'autres mobilisations sont déjà annoncées.

Photo d'illustration du CHU de Grenoble Alpes
Photo d'illustration du CHU de Grenoble Alpes © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

Près de 30% des internes en médecine du CHU de Grenoble étaient en grève mardi pour protester non pas contre la réforme des retraites, mais contre le manque criant de moyens à la l'hôpital public. Parmi eux Robin Genoud, interne depuis un an et demi en cardiologie. "L'élément clé de nos revendications, c'est la dégradation de la formation des internes". Selon lui, il n'y a pas eu une mobilisation d'une telle ampleur depuis 12 ans.

Les internes étaient devant les locaux de l'ARS ce mercredi matin  - Radio France
Les internes étaient devant les locaux de l'ARS ce mercredi matin © Radio France - Nina Valette

"Si l'hôpital public s'effondre, on sera tous impactés" - Robin Genoud

"Nous on se bat surtout pour l'hôpital public. Si l'hôpital public s'effondre, on sera tous impactés parce qu'on est tous amenés à être soigné un jour ou l'autre à l'hôpital public", insiste Robin Genoud. Le quotidien des internes, c'est une "pénurie de personnel", à la fois paramédical et médical. Il déplore un "épuisement des personnels", un manque de tous les corps de métiers à l'hôpital qui provoque à la fois une dégradation de la formation et également une "explosion du temps de travail".

Pas assez de moyens pour soigner dignement les patients à l'hôpital public

Pour lui, ce sont sur ces deux thématiques que se concentre tout le cœur du problème. L'hôpital public est en quelque sorte en chute libre. "Est-ce que vous monteriez dans un avion dont le pilote n'a pas dormi depuis 30 heures ? Je n'en suis pas sûr. Est-ce que vous monteriez dans le même avion si on vous expliquait que ce même pilote il a juste lu le manuel, qu'il n'est jamais monté dans le cockpit et qu'il n'y a même pas quelqu'un d'expérimenté à ses côtés pour le guider ? C'est un peu ce qui se produit assez régulièrement à l'hôpital". Il a également annoncé qu'une manifestation qui partira du vendredi devant le CHU car comme il le conclut : "on en a gros".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu