Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rodez : la direction de Bosch annonce un possible départ en pré-retraite de 130 salariés

-
Par , France Bleu Occitanie

Le site de Bosch Rodez risque de perdre à nouveau des effectifs. La direction a annoncé un possible de départ en pré-retraite pour 130 salariés d’ici un an lors d’un CSE extraordinaire ce jeudi.

L'usine Bosch d'Onet-le-Château , premier employeur industriel de l'Aveyron
L'usine Bosch d'Onet-le-Château , premier employeur industriel de l'Aveyron © Radio France - Olivier Lebrun

Un CSE (comité social et économique) extraordinaire se tenait ce jeudi à l’usine Bosch de Rodez. Une réunion qui a une nouvelle fois entériné les difficultés du site qui emploie aujourd’hui 1350 salariés. Les dirigeants de l’entreprise sont longuement revenus sur les annonces du chef de l’Etat pour aider le secteur automobile. Des aides principalement ciblées vers l’électrique et les véhicules hybrides, ce qui va encore défavoriser le site ruthénois qui ne travaille que pour le diesel.

Bosch est capable d’investir ? …. Oui mais que dans le départ de salariés

Les organisations syndicales ont aussi appris que la direction voulait négocier le départ de 130 salariés en pré-retraite d’ici au début 2021. Un coup dur de plus pour le syndicat SUD "Bosch est capable d’investir ? …. Oui mais que dans le départ de salariés !!!!. Sans contrepartie sur une assurance pour maintenir l’emploi pour les années à venir avec de réels projets industriels, les négociations souhaitées vont être compliquées à se tenir."

Selon les syndicats, la direction continue peu à peu de réduire le nombre de salariés sur le site. Et ce plan de départ à la retraite pourrait encore fragiliser le site. En 2018, le site comptait 1600 salariés. Ils sont donc 1350 aujourd’hui et donc sans doute beaucoup moins dans les mois à venir. 

Toujours pas d’avancée sur la diversification 

Sur la diversification annoncée comme étant LA piste depuis des mois pour sauver le site,  la direction a annoncé "souhaiter poursuivre la recherche d’activité dans le secteur de l’aéronautique, même si actuellement ce marché est en crise". 140 emplois ont été identifiés à l’horizon 2020-2022 en présentant 6 pistes qui pourraient générer de nouvelles activités

Choix de la station

À venir dansDanssecondess