Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rodez : le patron de Bosch pessimiste pour l’usine alors que la CGT attaque en justice

-
Par , France Bleu Occitanie

Le sort de l’usine Bosch est loin d’être réglé. Heiko Carrie, président de Bosch France, estime que l’usine aveyronnaise est encore en danger. La CGT a décidé de se battre devant les tribunaux avec une assignation ce jeudi.

Les salariés aveyronnais de l'usine Bosch toujours très inquiets.
Les salariés aveyronnais de l'usine Bosch toujours très inquiets. © Maxppp -

Depuis des mois, l’usine de Rodez dans l'Aveyron est particulièrement concernée par la désaffection pour le diesel. Le groupe allemand Bosch y emploie environ 1.500 personnes. L’an dernier, Bosch envisageait d’y supprimer plusieurs centaines d'emplois. Il y a renoncé après avoir signé un "accord de transition" avec plusieurs syndicats en échange d’un effort des salariés. 

300 postes toujours menacés, peut-être plus 

Mais cet accord n’a pas pour autant sauvé le site. Heiko Carrie, président France de Bosch, est même pessimiste pour Rodez. "La situation reste inquiétante" : 300 postes sont toujours menacés. Et peut-être plus encore. Cela "dépend certainement des ventes de diesel demain". Pour les 300 personnes déjà concernées, le groupe "cherche une solution". "_Si le situation du diesel se dégrade encore, la situation du site de Rodez se dégradera encore plus_. Je comprends l’inquiétude des salariés."

Heiko Carrie au micro de Jean Leymarie.

La CGT n’avait pas signé l’accord de transition. Pour le syndicat, les efforts demandés étaient trop importants  en comparaison avec les engagements de l’entreprise. En ce début d’année, le syndicat décide de lutter maintenant sur le front judiciaire. 

"Ils cachent des documents pour mieux nous tuer" 

La loi impose désormais que les entreprises mettent à disposition des représentants des salariés une vision stratégique à 3 ans pour le site, avec un comparatif des investissements sur d’autres sites du groupe ayant des activités équivalentes dans la Base de Données Economiques et Sociales. Selon la CGT, ce n’est pas le cas. Le syndicat va donc, le jeudi 7 février, déposer une plainte en référé au tribunal d’instance de Bobigny à 9h30. La CGT Bosch sera représentée par l’avocat Fiodor Rilov, pour qui cette démarche semble être une première en France  Elle pourrait même faire jurisprudence. 

"On a l’impression que Bosch nous cache des documents notamment sur la stratégie. On a l’impression qu’on nous cache des documents pour mieux nous tuer. S’ils ne veulent pas nous dire la vérité, on va aller la chercher en justice" insiste le délégué syndicat CGT Yannick Anglares.  

Le délégué syndicat CGT Yannick Anglares.

50 jours de fermeture prévus en 2019 

Depuis le début de l’année, les salariés ont d’ores et déjà eu cinq jours chômés (payés puisqu’il s’agissait de RTT) mais le site estime que d’ici la fin de l’année il aura besoin d’environ 50 jours de fermeture. Et donc du "_chômage partiel dès avril_." pense le délégué syndical. "Les salariés ne sont pas sereins." 

Pour les syndicats, il y a encore 450 postes qui sont menacés dans l’immédiat mais dans le futur c’est tout le site qui est en danger. Actuellement des groupes de travail planchent pour sauver le site en rapatriant d’autres projets. Des pistes sont lancées dans un groupe de réflexion industrielle qui a lancé des pistes dans l’automobile, l’aéronautique, l’horlogerie… Pour l’instant au maximum, seuls 100 emplois seraient conservés grâce à ces nouvelles pistes industrielles. 

Yannick Anglares Sécrétiare du syndicat CGT à Bosch  Rodez
Yannick Anglares Sécrétiare du syndicat CGT à Bosch Rodez © Radio France - SM

En 2017, Bosch a réalisé le chiffre d’affaires le plus important de son histoire avec 78 milliards d’euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess