Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Romans-sur-Isère : "cette décision nous écœure" réagit 1083 après la perte de la friche Jourdan

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Jeudi 3 décembre, Valence Romans Agglo délibérait pour vendre le tènement Jourdan à la Ville de Romans-sur-Isère (Drôme) mettant fin aux ambitions de l'entreprise 1083 sur ce site. La société de jeans et chaussures "made in France" réagit ce mercredi via un communiqué publié sur Facebook.

L'ancien site des chaussures Charles Jourdan à Romans dans la Drôme, janvier 2014
L'ancien site des chaussures Charles Jourdan à Romans dans la Drôme, janvier 2014 © Radio France

Thomas Huriez, président fondateur de l'entreprise 1083, n'avait pas souhaité réagir à chaud jeudi dernier à la délibération votée par Valence Romans Agglo. Les élus ont décidé de vendre la friche du fabricant de chaussures Jourdan à la Ville de Romans, qui compte raser les bâtiments et construire un gymnase. Jusqu'ici le site était promis à 1083, qui ambitionnait d'y transférer ses ateliers, d'y construire une boutique, un restaurant etc.

Le projet de 1083 avait démarré en 2016 : "ces quatre années représentent des milliers d'heures de travail de nos équipes, de nos partenaires, des techniciens des collectivités, de nos sous-traitants" souligne l'entreprise dans un communiqué publié sur son compte Facebook. "Nous adressons à chacune et à chacun nos remerciements et nos pensées émues, désabusées. Ces 4 années représentent beaucoup d’argent engagé par 1083 en études, analyses, préparation du permis et du chantier."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pourquoi ce projet n'a t'il pas abouti ?

Ce communiqué reprend le déroulé des quatre années, les aléas rencontrés. Il réaffirme que le permis de construire "n'a pas été donné rapidement comme annoncé, mais au bout du délai légal, pour un motif négligeable". Le compromis de vente arrivait à échéance à peine deux mois plus tard "alors que nous avions techniquement besoin de quatre mois pour permettre à nos banquiers et investisseurs de débloquer les fonds." Le financement n'a pas été bouclé à temps, le compromis est devenu caduque fin décembre 2019. "Alors que juridiquement rien ne l’imposait, Valence Romans Agglo nous a répondu en janvier 2020 qu’il paraissait « raisonnable d’attendre le renouvellement électoral pour présenter notre projet aux nouveaux élus et solliciter leur approbation en vue de la signature d’un nouveau compromis." indique le communiqué de 1083.

La délibération de jeudi dernier en conseil d'Agglo indiquait en résumé que "début octobre, sans nouvelles informations de la société, notamment sur ses conditions de financements, la société 1083 était informée de la fin des négociations sur ce site." Mais l'entreprise indique être revenue vers la collectivité : "pressés par le développement de nos activités, nous avons sollicité en avril et en juillet 2020 Valence Romans Agglo, sans réponse. Après l’été, nos investisseurs nous ont réécrit leur soutien, et les trois entreprises locales de BTP nous ont remis leurs chiffrage… en vain."

L'entreprise 1083 avait-elle vraiment le financement nécessaire, 10 millions d'euros ? La candidature de Thomas Huriez, le président fondateur de 1083, aux municipales, face à la maire réélue Marie-Hélène Thoraval a t'elle tué ce projet ? On n'aura jamais le fin mot de l'histoire. 1083 est amer de "la fin brutale de ce projet" : "cette décision nous écœure", mais "elle ne remet pas en cause le développement de 1083 qui continue plus que jamais de porter ses valeurs, d’investir dans le patrimoine industriel français, de relocaliser et de grandir partout où c’est possible."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess