Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Romans-sur-Isère : des sous-traitants de Framatome en grève depuis deux semaines

jeudi 15 février 2018 à 5:52 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

Quatre salariés de Nuvia Support, sous-traitant pour Framatome sur le site nucléaire de de Romans-sur-Isère (Drôme), sont en grève depuis quinze jours. Ce mercredi, ils ont reçu la visite et le soutien de deux élues.

Deux élues sont venues soutenir les grévistes de Nuvia Support, ce mercredi, à Romans-sur-Isère dans la Drôme.
Deux élues sont venues soutenir les grévistes de Nuvia Support, ce mercredi, à Romans-sur-Isère dans la Drôme. © Radio France - Mélanie Tournadre

Quatre salariés de Nuvia Support, sous-traitant du nucléaire sur le site Framatome de Romans-sur-Isère, sont en grève depuis deux semaines. 

Le soutien de deux élues

Hier, les grévistes ont reçu la visite et le soutien d'une députée du Val-de-Marne, Mathilde Panot et de la conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes Emilie Marche du groupe Rassemblement Citoyens, Ecologistes, Solidaires. Les deux élues appartiennent à La France Insoumise.

Mathilde Panot est responsable nationale de la campagne pour la sortie du nucléaire et pour les 100% énergies renouvelables menée par La France Insoumise. Elle a tenu, ce mercredi, à rappeler que "les conditions de travail des sous-traitants du nucléaire ne sont pas acceptables en l'état".

Ces quatre salariés de Nuvia Support veulent avant tout une revalorisation de leur statut.

Revalorisation du statut et du salaire

Ces quatre salariés sur les six employés par Nuvia Support sur le site Framatome de Romans-sur-Isère sont en grève depuis le 1er février. Ils demandent une augmentation de 50 euros brut par mois mais surtout une revalorisation de leur statut.  "Nous voulons être reconnus comme contrôleurs sûreté et pas agents de logistique comme c'est écrit sur notre contrat" explique Anthony, un des grévistes. "On effectue un double contrôle sur ce site, on contrôle la matière, l'uranium et ça a été demandé par l'Autorité de sûreté nucléaire après un incident en 2014" explique Thomas.

Nuvia Support est passé de neuf salariés en 2014 à six aujourd'hui.  C'est une situation intenable pour Steven : "On est passé de 35 heures de travail par semaine à des semaines aujourd'hui où on peut monter jusqu'à 48 heures, on travaille du lundi au samedi". Les grévistes demandent des embauches, plus de moyens humains pour pouvoir faire leur travail correctement.

Les quatre salariés de Nuvia Support comptent continuer la grève.

Un risque pour la sûreté

"Ce sous-effectif et ces conditions de travail peuvent engendrer de la fatigue, du stress et donc des incidents sur la sûreté et mettre en danger les salariés à l'intérieur du site mais aussi la population aux alentours" insiste Thomas. 

Pour le moment, les réunions avec la direction de Nuvia Support n'ont pas rien donné et les quatre salariés comptent continuer la grève. "On a des revendications légitimes et on ne lâchera pas" explique Kevin.

Sollicité, la direction de Nuvia Support dont le siège est situé à Pierrelatte dans la Drôme n'a pas souhaité nous répondre.