Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Non, Amazon n'est pas le gagnant de cette crise", se défend le président d'Amazon France Logistique

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Les critiques fusent de toutes parts vers Amazon en cette période de confinement et de fermeture des commerces dits non-essentiels, au moins jusqu'au 1er décembre. Le président d'Amazon France Logistique ne répond pas sur la taxe supplémentaire que les signataires d'une tribune réclament.

Ronan Bolé, le président d'Amazon France Logistique
Ronan Bolé, le président d'Amazon France Logistique © Maxppp - Vincent Isore

Alors qu'une tribune publiée en début de semaine pointe du doigt les bénéfices réalisés par la plateforme Amazon, en cette période de crise sanitaire et de confinement à l'approche des fêtes de fin d'année et qu'une pétition réclame, ce mardi 17 novembre, un Noël sans Amazon, le président d'Amazon France Logistique, Ronan Bolé répond aux critiques sur France Bleu Occitanie.

France Bleu Occitanie : Une tribune contre Amazon lundi et maintenant, on apprend qu'une pétition est lancée pour boycotter votre entreprise. Vous répondez quoi à tous ces gens qui vous accablent ?

Ronan Bolé : D'abord, la situation que nous connaissons est une crise sans précédent. Nous sommes très attristés par son impact sur le commerce. Amazon n'est pas le gagnant de cette crise comme on veut souvent le présenter. Nous essayons de nous présenter le mieux du monde pour aider à la transformation digitale des entreprises françaises et nous avons annoncé quelques mesures pour les aider.

C'est une réalité quand même de dire que les commerçants ont leurs caisses vides et qu'Amazon voit ses ventes quasiment doubler en ce moment en France ?

Ce n'est pas tout à fait juste. Amazon ne représente en France que 2% du commerce de détail. C'est beaucoup moins que 50%. Nous vivons un confinement très différent. Beaucoup d'entreprises ont organisé leur transition digitale. Des nouveaux protocoles sanitaires ont été établis. Chez Amazon, nous sommes préparés, en cette fin d'année, comme les autres fins d'années, à cette activité qui augmente comme les autres années.

Vous ne pouvez pas nier que le confinement booste vos ventes...

Un article sur deux vendu sur Amazon l'est par des vendeurs tiers qui vendent sur notre plateforme market place. Evidemment, le commerce en ligne augmente, mais il n'augmente pas que chez Amazon. Au travers de cette augmentation, ce sont des vendeurs partenaires qui utilisent un peu de canal de vente.

Est-ce qu'il n'y a pas une concurrence déloyale vis-à-vis des supermarchés qui doivent fermer leurs rayons dits non-essentiels ?

La motivation du gouvernement est que le travail soit fait en sécurité. C'est la priorité d'Amazon. Nous avons mis en place 150 nouveaux protocoles sanitaires. Nous garantissons cette sécurité et c'est aussi pour ça que la vente par le canal de commerce en ligne peut continuer jusqu'à la livraison au pas-de-porte de nos clients.

"Amazon ne représente en France que 2% du commerce de détail" affirme le président d'Amazon France Logistique.

Est-ce que vous êtes prêts à vous soumettre à une taxe exceptionnelle ?

Nous avons récemment donné le montant des taxes que nous payons tous les ans en France. 250 millions d'euros en 2018, 420 millions en 2019.

Mais spécifiquement une taxe pour aider les commerces fermés, puisque c'est de cela dont il s'agit dans la tribune ?

Nous payons tous les impôts que nous devons payer en France. Si une nouvelle taxe devait arriver, on la paierait. Nous sommes déjà attristés par la situation et nous essayons de mettre tout en œuvre pour aider les commerçants. Nous avons mis tout un tas de chose en place pour les aider sur leur transformation digitale. 

Est-ce que vous envisagez de verser une prime exceptionnelle aux salariés de la plateforme de Toulouse ?

On a des négociations annuelles durant la période fin printemps, début été. Elles ont déjà eu lieu cette année. A priori, on est plutôt sur une organisation de la sécurité, mais il y a une discussion avec les partenaires sociaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess