Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Routiers en colère : "Ce n’est que le début de nos actions !"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Ils sont venus de toute la région pour bloquer la zone industrielle de Ludres-Fléville, à côté de Nancy. Rien à voir avec la lutte contre la réforme des retraites, il s’agit de chauffeurs routiers qui passent à l'action pour leurs salaires et conditions de travail.

Les routiers réclament l'application des accords de branche.
Les routiers réclament l'application des accords de branche. © Maxppp - Bonnaud Guillaume

Ludres, France

Ils avaient choisi cette date depuis longtemps, les chauffeurs routiers ont mené des blocages ce lundi matin partout en France. Dans le Grand est, c'est la zone industrielle de Ludres-Fléville près de Nancy qui a été choisie. Ils étaient environ 150 à empêcher tout camion de passer, en revanche les voitures pouvaient accéder à la zone. Une centaine d'entreprises se sont retrouvées touchées par ce mouvement social qui n'a rien à voir avec la réforme des retraites. Quatre syndicats sur cinq de routiers mettent la pression afin d'obtenir de meilleurs salaires et conditions de travail. 

Pierre Stoldick, secrétaire CFDT Transports en Moselle.

Pierre Stoldick, secrétaire CFDT Transports en Moselle raconte : "Un salaire de base dans la région, c'est le SMIC pour des amplitudes de 14 heures et avec beaucoup de temps d'attente dans les entrepôts. Je suis dans ce métier depuis 40 ans, je constate que les jeunes ne sont plus attirés par ce secteur. Et en plus, nous sommes concurrencés par les entreprises luxembourgeois et allemandes qui proposent de bien meilleurs salaires". 

Et la retraite dans tout ça ?

L'action de ce matin est donc déconnectée du mouvement contre la réforme des retraites entamé il y a 12 jours, mais les routiers ont aussi une revendication concernant leur fin de carrière. Il existe un congé de fin d'activité à 57 ans après 30 ans années de carrière, "mais ce système est lui aussi menacé au delà de 2023" poursuit Pierre Stoldick.

Des accords non appliqués (Pierre Stoldick CFDT)

"Si on mène une action ce matin, c'est pour dire que les accords de branche ne sont pas appliqués dans les entreprises. Et notre mouvement ne fait que commencer, il va s'inscrire lui aussi dans la durée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu