Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Royat : l'inquiétude des personnels de l'Ehpad Le Castel Bristol bientôt privatisé

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le rachat de l'établissement public par l'Association Hospitalière Sainte-Marie va entraîner la perte de statut de fonctionnaires des personnels soignants. Inquiets et désabusés, ils ont débrayé ce jeudi pour être entendus et obtenir les postes de mutations promis... sans baisse de salaire.

Débrayage des personnels de l'Ehpad Le Castel Bristol ce jeudi à Royat
Débrayage des personnels de l'Ehpad Le Castel Bristol ce jeudi à Royat © Radio France - Eric Le Bihan

La pluie fine n'a pas douché leur détermination. Les salariés de l'Ehpad Le Castel Bristol à Royat ont sorti les banderoles, le mégaphone et les tracts pour se faire entendre devant leur établissement situé à deux pas des thermes. En quelques chiffres, "Le Castel Bristol" c'est 47 lits, quasiment tous occupés, 38 salariés dont 12 en CDI. Les autres sont contractuels. 

Les agents, des femmes en grande majorité, sont inquiets pour leur avenir et le font bruyamment savoir aux piétons et aux automobilistes. Ouvert en mars 2003, l'Ehpad public royatois vient d'être racheté par l'Association Hospitalière de Sainte-Marie. Le projet est dans les cartons depuis quatre ans. Conséquences, les personnels vont perdre leur statut de fonctionnaires... et pour certains, une partie de leur salaire. Ils ont donc décidé de débrayer ce jeudi à la mi-journée avec le soutien des syndicats CGT et Sud. Ils ont même reçu le soutien d'une résidente téméraire qui a bravé le froid pour tenir la banderole revendicative.

"La plupart des personnels sont des fonctionnaires et veulent le rester. On demande à ce que l'ARS fasse le nécessaire via le CHU pour que les postes vacants soient disponibles", s'inquiète Sandrine Clavière est aide-soignante et déléguée Sud, "les conditions de travail vont rester les mêmes mais au niveau salarial, il faut savoir qu'à Sainte-Marie, les agents cotisent plus, donc certains vont perdre jusqu'à 200 euros en salaire net en fonction de l'ancienneté. On nous a affirmé qu'une cellule de recrutement serait mise en place. Ils nous l'ont promis lundi mais on ne voit rien venir".

Sandrine Clavière est aide-soignante et déléguée Sud

Nous sommes des agents volontaires mais écœurés - Sandrine aide-soignante

En basculant dans le giron de Sainte-Marie, cet Ehpad sera officiellement privé à compter du 1er janvier 2021. Les discussions avec la direction du CHU de Clermont-Ferrand au point mort, c'est l'Agence Régionale de Santé (ARS) qui est chargée de débloquer des postes de mutations. Mais ça coince. 

Les résidents, eux, ont un an pour trouver un nouveau point de chute. Soit en acceptant de déménager dans la structure provisoire bientôt mise en place dans un bâtiment annexe de l'hôpital Sainte-Marie (en attendant la construction d'un Ehpad in-situ), soit en trouvant un nouvel établissement ailleurs. Une réunion entre les familles et le CHU de Clermont-Ferrand est d'ailleurs programmé à ce sujet. 

Stéphanie travaille à l'Ehpad Le Castel Bristol depuis son ouverture en mars 2003

Stéphanie Murgiat est une historique de l'Ehpad Le Castel Bristol. Elle a fait l'ouverture de l'établissement en mars 2003. 17 ans plus tard, elle est émue lorsqu'elle pense à ses conditions de travail. "Elles ont évolué mais dans le mauvais sens. Un manque cruel de personnels, les budgets ne sont pas réévalués correctement. On nous a applaudis, mais maintenant on nous abandonne. Les résidents aussi sont oubliés. Exemple, souvent mes collègues sont trois aides-soignantes pour 47 résidents en sachant que certains demandent beaucoup de soins et d'attention. C'est de l’écœurement. C'est une vocation de rentrer dans le service public. Et aujourd'hui, nous sommes des agents volontaires, mais écœurés". A la question, avez-vous été touché par la Covid-19 dans l'Ehpad, Sandrine répond toujours aussi émue, "Non aucun cas chez les résidents, ni dans le personnel, c'est une très grande fierté.

Droit de réponse de l'AHSM

Jean-Paul Pernet-Solliet, Directeur Général de l’AHSM, a tenu à obtenir un droit de réponse à la suite de notre reportage.

"Vous écrivez que l’Ehpad doit être racheté par l’Association Hospitalière Sainte-Marie, ce qui est totalement erroné. L’AHSM a été sollicité pour reprendre la gestion, puis l’autorisation administrative de l’établissement afin de répondre à des difficultés liées à la taille de l’établissement et des problématiques immobilières. Il ne s’agit en aucun cas d’une transaction à caractère commercial, comme il est dit dans votre article. L’AHSM est Association privée à but non lucratif. Elle gère des établissements de santé et médicaux-sociaux privés d’intérêt collectif. Ils sont financés par l’Etat et les collectivités territoriales. Le secteur du Privé non Lucratif est un secteur mal connu, très souvent assimilé au secteur privé lucratif, alors que sa mission est identique à celle du service public, ses valeurs partagées." 

"Par ailleurs, contrairement à ce qui est affirmé, les fonctionnaires du Castel Bristol ne perdent pas leur statut de la Fonction Publique. Ils ont le choix de rejoindre un établissement public ou d’être détaché de cet établissement vers l’Ehpad Castel Bristol. Dans cette hypothèse, la rémunération des agents est identique. Pour les salariés faisant le choix de démissionner de la Fonction Publique pour rejoindre l’AHSM, le niveau de rémunération annuelle est garanti, voire augmenté." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess