Économie – Social

A Estaires, les allocataires du RSA sont aussi bénévoles à la mairie

Par Camille Marigaux, France Bleu Nord mercredi 2 novembre 2016 à 7:00

Sébastien, Anthony et Bénédicte sont tous les trois au RSA.
Sébastien, Anthony et Bénédicte sont tous les trois au RSA. © Radio France - Camille Marigaux

Du bénévolat pour ceux qui touchent le RSA, c'est ce que propose la mairie d'Estaires, près d'Armentières. L'objectif est de sortir les demandeurs d'emploi de l'inactivité et de leur confier des tâches peu ou non pourvues par les employés municipaux.

Ce matin , Sébastien rend visite aux deux ânes du parc municipal. Parce que maintenant, c'est lui qui veille sur eux. Depuis trois semaines, il est chargé d'ouvrir les portes du parc et du cimetière, et le mercredi il entretient le parc et nourrit les animaux. De quoi "remettre le pied à l'étrier", pour cet ancien cadre commercial de 48 ans. Mais l'idée, si elle est bonne, n'a pas été simple à mettre en place. Tout l'enjeu de l'initiative c'est de ne pas "prendre" le travail des titulaires et autres contrats aidés de la mairie. Pour cela il a fallu se creuser la tête, et trouver des tâches à la fois utiles mais qui ne nécessitent pas forcément l'emploi d'une personne à temps plein. Bruno Ficheux, le maire d'Estaires :

RSA bénévolat 2/2

Le défi, c'est de proposer des tâches qui ne sont pas celles des titulaires de la mairie. En clair : ne pas attribuer à un bénévole le travail d'un employé de la mairie. C'est pour cela que le contrat ne prévoit que 7h de travail par semaine. Le département du Haut-Rhin avait déjà voulu, sans succès, conditionner cette aide à des travaux bénévoles mais de façon contraignante. Ici au contraire, les personnes concernées sont volontaires. Ci-dessous, le reportage de Camille Marigaux sur cette expérience :

RSA bénévolat 1/2 CM

A 26 ans, Anthony ne trouve pas d'emploi, malgré son CAP en chaudronnerie. "C'est toujours la même histoire d'expérience qui manque aux jeunes, sans qu'on leur offre de première chance". Alors il n'a pas hésité à venir donner un coup de main en mairie. Il a d'ailleurs un tuteur qui l'encadre et l'accompagne. Le jeune homme est chargé du petit entretien de l'école publique.

Maintenant, je sais pourquoi je me lève le matin. Si je devais faire plus d'heures, je le ferai !

Le maire, Bruno Ficheux, ne cache pas sa fierté, malgré les difficultés du projet à se mettre en place : "Quand nous avons signé leur contrat, je les ai regardé et leur ai dit : vous êtes des pionniers". Sur les 103 bénéficiaires du RSA d'Estaires, l'élu espère attirer une trentaine de volontaires.

C'est logique qu'on fasse quelque chose

Sébastien est déjà bénévole dans plusieurs associations, et trouve logique de rendre service à la collectivité en échange du RSA qu'il touche depuis huit ans. "Déjà presque tous les jours, je vais au marché avec l'Ordre de Malte pour récolter des dons. "On touche de l'argent en étant inactif, donc c'est logique qu'on fasse quelque chose".
Pour Bénédicte, chargée d'aider à la cantine scolaire et à la bibliothèque municipale et elle aussi bénévole assidue pour plusieurs associations, c'est un bénévolat différent qu'elle fait à la mairie : "Là je ne donne pas un coup de main pour seulement quelques personnes, je donne un coup de main pour ma ville".

Au RSA depuis 8 ans, à cause "des aléas de la vie", Sébastien compte bien aller jusqu'au bout de son contrat de bénévole. Et l'expérience porte déjà ses fruits : un couple de retraités l'a contacté pour venir réaliser de petits travaux à domicile, contre des chèques emploi service.

</div>