Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

RSA : le revenu minimum a 30 ans et compte 1,8 million de bénéficiaires

vendredi 30 novembre 2018 à 8:40 Par Pierre Emparan, France Bleu

Le revenu minimum créé en 1988 par Michel Rocard a trente ans. Baptisé à l'origine revenu minimum d'insertion (RMI), il est devenu en 2009 le revenu de solidarité active (RSA). En trente ans le nombre de bénéficiaires a explosé.

Le Premier ministre français Michel Rocard s'exprimant à l'Assemblée nationale, le 30 novembre 1988, jour de l'adoption à l'unanimité par les députés du Revenu Minimum d'Insertion (RMI) destiné à combattre la grande pauvreté.
Le Premier ministre français Michel Rocard s'exprimant à l'Assemblée nationale, le 30 novembre 1988, jour de l'adoption à l'unanimité par les députés du Revenu Minimum d'Insertion (RMI) destiné à combattre la grande pauvreté. © AFP - JOEL ROBINE

C’était il y a 30 ans, le 30 novembre 1988, une loi votée à la quasi-unanimité à l’Assemblée nationale donnait naissance au RMI (revenu minimum d’insertion). Michel Rocard, alors Premier ministre de François Mitterrand, voulait "offrir un filet de sécurité aux plus pauvres".

1,8 million de bénéficiaires du RSA

En trente ans le nombre de bénéficiaire a explosé. Il est passé de 330.000 français au RMI en 1988 à 1,8 million au RSA en 2017. Ce "revenu de solidarité active" qui a remplacé en 2009 le RMI est de 550 euros par mois. Selon le ministère de la santé,  dans  6 % de la population française au moins une personne touche le RSA.

Le RSA n'enraye pas la grande pauvreté

Malgré ce "succès" le RSA est accusé par certains de représenter les dérives de l’assistanat à la française sans pour autant parvenir à sortir les allocataires de la pauvreté et du chômage.  

"En France, la grande pauvreté ne cesse de progresser et 600 000 jeunes vivent en situation de grande difficulté", indique dans le Parisien Aujourd'hui en France Claire Hédon, la présidente d’ATD Quart-Monde, l’association qui a réalisé les premières expérimentations donnant naissance au RMI

Un nouveau revenu universel d'activité en 2020

Onze ans après la création du revenu de solidarité active (RSA), un nouveau revenu universel d’activité (RUA) verra le jour en 2020. C’est l’une des annonces qu’a faites Emmanuel Macron lorsqu’il a présenté son « plan pauvreté », jeudi 13 septembre. 

Une aide "qui fusionne le plus grand nombre possible de prestations, et dont l’Etat sera entièrement responsable" expliquait le président de la République. L’idée à retenir est que plusieurs aides sociales seront regroupées en une seule, versée en une fois. Il s'agit aussi de créer un "guichet unique" afin de simplifier les démarche pour éviter que, comme aujourd'hui, 30% des personnes qui ont droit au RSA ne le réclame pas.

Un revenu de base testé dans 18 départements

Les parlementaires vont débattre en janvier 2019 d'une proposition de loi visant à tester un revenu de base dans 18 départements. L'aide sociale sans condition d'âge s'élèverait entre 550 et 740 euros pour les revenus inférieurs à 1.600 euros.