Économie – Social

RTE va investir 600 millions d'euros en Haute-Normandie jusqu'en 2020

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 14 avril 2015 à 16:21

La Haute-Normandie produit quatre fois plus d'énergie qu'elle n'en consomme.
La Haute-Normandie produit quatre fois plus d'énergie qu'elle n'en consomme. © Olivier Duc - Radio France

Réseau de transport d'électricité (RTE), la filiale d'EDF, a prévu d'investir près de 600 millions d'euros sur la période 2015-2020 en Haute-Normandie. Ce triplement des investissements doit permettre le raccordement des deux futurs champs d'éoliennes en mer de Fécamp et du Tréport, situés au nord du Havre.

L'an passé, RTE a investit près de 43 millions d'euros en Haute-Normandie mais pour les cinq prochaines années, le rythme annuel moyen d'investissement va passer à 120 millions d'euros. Il s'agira pour la filiale d'EDF principalement d'accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables .

400 millions d'euros pour raccorder les deux parcs au réseau

Deux parcs d'éoliennes en mer vont être construits au large de Fécamp et du Tréport . Selon RTE, ils nécessiteront chacun 200 millions d'euros d'investissement pour les raccorder au réseau terrestre. Le coût des liaisons sous-marines est deux à trois fois plus élevé que le câblage sous-terrain. Fécamp, dont les premières productions débuteront en 2019, nécessitera ainsi 18km de liaison sous-marine et 31km de liaison terrestre.

L'éolien représente 1% de la production en Haute-Normandie

Le parc du Tréport est moins avancé puisque le débat public débutera à la fin avril. La Haute-Normandie est l'une des grandes régions productrices d'énergie puisqu'elle produit quatre fois plus d'électricité qu'elle n'en consomme.

Réseau de transport d'électricité souligne la montée en puissance de la production d'origine renouvelable. Il couvre 6,5% de la consommation d'électricité en Haute-Normandie. En attendant l'arrivée des parcs en mer, l'éolien représente 1% de la production régionale. Le nucléaire se taille la part du lion (93%)

À LIRE AUSSI ►► DOSSIER | Énergies marines : un vent nouveau pour l'économie en Normandie