Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Rueil-Malmaison : des salariés de Vélib' en colère envahissent la mairie

jeudi 9 novembre 2017 à 16:13 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Une cinquantaine de salariés de Cyclocity en charge des Vélib' sont entrés de force dans la mairie de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) jeudi matin. Ils ont interpellé le maire, qui est aussi président de la Métropole du Grand Paris, sur les conditions d'emploi proposées par le repreneur de Vélib'.

 Les salariés Vélib' avaient déjà manifesté fin octobre 2017.
Les salariés Vélib' avaient déjà manifesté fin octobre 2017. © Maxppp - Olivier Lejeune

Rueil-Malmaison, France

La mairie de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) a été envahie par une cinquantaine de salariés de Cyclocity en colère. Cyclocity est la filiale de JCDecaux en charge des Vélib' mais elle a perdu le marché au profit de Smovengo, repreneur du système de vélo en partage.

Les salariés de Vélib' protestent contre les salaires trop bas du repreneur

Les salariés voulaient interpeller le maire de Rueil, Patrick Ollier (LR), qui est aussi président de la Métropole du Grand Paris, à l'occasion de la présentation du nouveau Vélib' dans la commune. Les manifestants protestaient contre les conditions d'emploi du nouveau repreneur. Smovengo propose aux 267 salariés Vélib' de poursuivre leur activité chez lui mais avec des salaires inférieurs de 300 euros par rapport à ceux de JCDecaux, indique Fouad Lastate, délégué syndical CGT chez Cyclocity.

Le maire Patrick Ollier a participé au processus qui a conduit à donner le marché à Smovengo. Il est membre du syndicat mixe Vélib'. Il est venu à la rencontre des manifestants. Il a rappelé que le choix du repreneur avait été fait à l'unanimité. Il a promis aux manifestants de soulever la question des salaires au cours d'une réunion du syndicat mixte prévue jeudi après-midi à Paris.

Le tribunal de Grande Instance a été saisi par les salariés Vélib'

Les salariés de Cyclocity sont toujours dans l'attente d'une décision du tribunal de Grande Instance de Nanterre sur leur demande de transfert de leurs contrats vers la société repreneuse Smovengo. Il demande l'application de l'article L1224-1 du Code du travail qui oblige le transfert des contrats aux mêmes conditions.

Le président de Smovengo a accordé un entretien au journal Le Monde mardi. Yann Marteil, a invité les anciens salariés Vélib' de JCDecaux à "postuler sans tarder" pour "être repris dans des conditions salariales équivalentes, ce qui ne veut pas dire identiques." Les salariés de Vélib' avaient répondu que Smovengo n'avait proposé aucune négociation pour qu'un accord puisse être trouvé.