Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Rugby : malgré la polémique, Altrad reste le sponsor maillot du XV de France

lundi 8 janvier 2018 à 14:53 Par Germain Arrigoni, France Bleu Hérault et France Bleu

La Fédération française de Rugby a annoncé lundi la prolongation du contrat de sponsoring maillot avec le groupe Altrad jusqu’en 2023. Le patron de la FFR Bernard Laporte est soupçonné de conflit d'intérêts après la révélation d'un contrat privé avec Mohed Altrad, le président de Montpellier.

Bernard Laporte, le patron de la FFR, avec Mohed Altrad, le président de Montpellier
Bernard Laporte, le patron de la FFR, avec Mohed Altrad, le président de Montpellier © AFP - Franck PENNANT

Le groupe de Mohed Altrad, propriétaire du MHR - le club de rugby de Montpellier -, reste le sponsor maillot du XV de France jusqu'en 2023 pour "au moins 35 millions d'euros", a annoncé lundi la Fédération française de Rugby (FFR).

Le nouveau partenaire va apparaître sur le maillot des Bleus dès le prochain Tournoi des Six Nations. En mars 2017, il avait été le tout premier sponsor du maillot des rugbymen tricolores alors que la France était la dernière sélection majeure à ne pas en avoir.

Laporte veut "garantir le sentiment d’impartialité" malgré les soupçons de favoritisme

Le président de la FFR Bernard Laporte, soupçonné de conflit d'intérêts avec Altrad après la révélation en août de l'existence d'un contrat privé entre les deux hommes, a promis de "garantir le sentiment d'impartialité" après les recommandations du comité d'éthique et de déontologie du rugby français, qui a réclamé vendredi la mise en place de "garde-fous" pour éviter tout favoritisme. 

"Le rapport du comité d'éthique et de déontologie atteste l'existence de situation(s) similaire(s) dans d'autres disciplines et l'absence de conflit d'intérêt", estime Laporte. Et de préciser que le groupe Altrad était le seul à avoir répondu à l’appel d’offres.

Le président de la FFR est soupçonné d'avoir fait pression fin juin 2017 sur la commission d'appel de la Fédération pour qu'elle réduise les sanctions envers le club du Montpellier Hérault Rugby en Top 14. Cet été, l'ancien sélectionneur des Bleus a "renoncé au contrat d'image" liant sa société, BL Communication, avec celle du président du MHR, Mohed Altrad, devenu en quelques mois un partenaire majeur de la FFR.

Le mois dernier, le ministère des Sports a transmis ses éléments à la justice à qui il appartiendra désormais de décider d'ouvrir une enquête pénale ou non.