Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

S20 Industries : le tribunal de commerce accorde deux semaines de plus pour trouver un repreneur

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une seule entreprise est intéressée pour reprendre une partie de la production de S20 Industries à La Roche-sur-Yon. Aucun dossier de reprise n'a été déposé. L'administrateur judiciaire a demandé au juge une prolongation de deux semaines pour trouver un repreneur.

L'usine S20 Industrie, 82 salariés a été placée fin avril en redressement judiciaire. Les salariés sont en chômage partiel depuis.
L'usine S20 Industrie, 82 salariés a été placée fin avril en redressement judiciaire. Les salariés sont en chômage partiel depuis. © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

Philippe Bréger, le secrétaire du CSE et délégué CGT de S20 Industrie, l'a annoncé ce matin aux salariés réunis à l'entrée de l'usine : l'administrateur judiciaire va demander le report de la date limite de dépôt des éventuelles offres de reprises de l'usine au 13 juin, pour une nouvelle audience "au 18 ou 19 juin". L'usine de 82 salariés dans la zone industrielle des Ajoncs à La Roche-sur-Yon a été placée en redressement judiciaire le 24 avril. 

Concernant le gros électroménager : aucun intérêt de reprise. Donc tout ce que vous avez connu ici qui a fait vivre des milliers de personnes, c'est fini"
- Le délégué du personnel

Courant mai, quatre entreprises avaient montré de l'intérêt pour l'usine yonnaise. Aujourd'hui, une seule reste intéressée, "une entreprise vendéenne", selon Philippe Bréger. "Aujourd'hui, il n'y a pas de lettre d'intention, encore moins de dossier d'offre de reprise", précise-t-il. La demande de délai au tribunal doit servir à "obtenir des garanties de la part des clients actuels, comme Beaba ou Malongo", dont les commandes font toujours tourner une partie du site. 

Une "entreprise vendéenne" intéressée, pas d'offre déposée

En revanche, l'activité de production de lave-linge et sèche-linge est définitivement arrêtée, selon le syndicaliste, après le retrait du principal client Brandt. Elle représentait la majorité de la production de l'usine. Selon les syndicats de l'usine, Brandt ne paie plus les factures des lave-linge livrés par l'usine yonnaise depuis sept mois, ce qui a précipité le placement en redressement judiciaire de S20 Industries. La trésorerie de l'entreprise pourrait être épuisée à la fin du mois de juin. 

"Où sont les politiques ?", demande un ancien salarié en retraite devant ses collègues réunis aux portes de cette usine emblématique à La Roche-sur-Yon, construite par Jean Esswein en 1958. Elle a compté jusqu'à 2200 salariés dans les années 1980 avant de subir pas moins de six plans sociaux.

Philippe Bréger ajoute que "le management actuel de S20 pourrait demander l'autorisation" au procureur de la république pour reprendre une partie de l'activité si aucune autre offre de reprise n'est formulée. L'activité ne reprendra sans doute pas dans l'immense usine actuelle, grande de plusieurs hectares. "Ici, on perd de l'argent rien qu'à allumer la lumière", assure un des représentants syndicaux