Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Bris-le-Vineux : après la crise, la brasserie artisanale Fayyar retrouve son rythme et ses clients

-
Par , France Bleu Auxerre

Le confinement aura ralenti le développement de la brasserie artisanale Fayyar, lancée à la fin de l'année dernière à Saint-Bris-le-Vineux dans l'Yonne. Mais depuis le début de l'été, les clients reviennent acheter leurs bières, preuve d'un intérêt de plus en plus important pour ce type de bières.

Dans sa brasserie, Simon Berhaut produit trois bières biologiques différentes
Dans sa brasserie, Simon Berhaut produit trois bières biologiques différentes © Radio France - Antoine Loistron

Au pays du vin, au milieu des domaines viticoles, derrière une cour, voilà un espace peu banale dans la région : une salle remplie de sept cuves pour permettre le brassage et la fermentation de la bière. C'est ici, à Saint-Bris-le-Vineux dans l'Yonne, que Simon Berhaut et son associé Romain se sont installés au mois de décembre pour lancer leur production de bière artisanale. Pour Simon Berhaut, c'est une passion exercée dans son garage qui est devenue un métier : "On a mis une petite année à créer le projet. J'avais mes recettes en tête et puis après on les a adaptées à des plus gros volumes." À partir de malt bio, Simon Berhaut brasse pour obtenir de la bière blonde, blanche ou ambrée.

Un intérêt grandissant de la part des consommateurs

Elle est vendue aux bars, cafés et restaurants et aussi directement aux particuliers. Depuis quelques années, ils sont de plus en plus nombreux à délaisser la bière industrielle au profit de productions artisanales. "Les gens s'intéressent vraiment de très près aux microbrasseries, constate Simon Berhaut. Il y a pas mal de personnes qui passent, qui nous demandent des informations, qui sont contentes de voir un peu la brasserie, qu'on leur explique comment est fabriquée la bière.

Les entreprises se sont alors développées d'elles-mêmes : "Sous l'influence un peu de la Belgique, des pays anglo-saxons, des Etats-Unis et du Canada, il y a un vrai essor des microbrasseries. Ce n'est pas encore leur apogée en ce moment, il reste un peu de places, mais il y a beaucoup de microbrasseries maintenant qui offrent beaucoup de bières différentes sur des échelles différentes de goût, de qualité... Les brasseurs ont pu apporter une réelle offre intéressante aux consommateurs." Malgré cette concurrence, les brasseurs n'hésitent pas à s'entraider. Avec cinq autre brasseries de l'Yonne, ils ont monté un rassemblement qui leur permet de réaliser des achats en commun et d'organiser des événements ensemble.

Vente sur les marchés et à domicile pendant la crise sanitaire

Pourtant, à cause de la situation sanitaire, la brasserie a dû revoir certains de ses projets. Elle avait noué un partenariat avec un festival pour leur fournir 90 fûts : c'est reporté à l'année prochaine au mieux ; elle voulait organiser un marché des producteurs et des concerts : annulé aussi. "Alors on s'est adapté, relate Simon Berhaut. On a commencé à faire les marchés, à communiquer sur le fait qu'on pouvait livrer, etc. Ça n'a pas été facile, comme tout le monde, on a eu des grosses pertes de chiffres d'affaire mais on va remonter la pente." Les idées sont toujours là : à la fin de l'été une bière éphémère à la cerise sera commercialisée par la brasserie et Simon Berhaut réfléchit déjà à celle qu'il lancera cette l'hiver.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess