Économie – Social

Saint Calais : Ledpower en liquidation judiciaire

Par Julien Jean, France Bleu Maine jeudi 22 septembre 2016 à 18:11

L'usine Ledpower à Saint-Calais
L'usine Ledpower à Saint-Calais © Radio France - Julien Jean

Le tribunal de commerce du Mans a mis en liquidation judiciaire Ledpower. En 2011, l'entreprise de Saint-Calais avait fait le pari de relocaliser en France sa production d'éclairage à led, après plusieurs années passées en Chine. Il reste un mois à ses dirigeants pour trouver un repreneur.

C'est un coup dur porté au Made in France et a fortiori au made in Sarthe. Ledpower, l'entreprise de Saint-Calais qui avait en 2011 rapatrié de Chine sa production de lampes et d'éclairages à led, a été mise en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce du Mans, avec poursuite d'activité durant un mois (période de continuation).

La nouvelle a un peu surpris tout le monde à Saint-Calais, Ledpower étant considérée comme une société innovante et en croissance. Elle avait d'ailleurs en décembre 2015 racheté l'un de ses principaux fournisseurs, Technology Luminaires basé à Nevers dans la Nièvre. L'opération, qui a donné naissance au groupe Silen and Co, a permis à Ledpower de passer de 25 à 110 salariés et de 2 à 20 millions d'euros de chiffre d'affaires. En 2014, l'entreprise sarthoise avait aussi réalisé un joli coup en décrochant deux contrat pour refaire tout l'éclairage de parkings parisiens (d'une surface totale de 10 000m²).

2,1 millions d'euros d'aides publiques

Rien ne pouvait donc laisser présager la chute soudaine de Ledpower qui a bénéficié de financements publics pour relocaliser son activité en France. Le Département et la Région lui ont ainsi versé chacun 50 000 € de subventions en 2011 et l’État lui a octroyé une avance de 2 millions d'euros en 2012.

Voilà pourquoi dans l'usine de Saint Calais, les salariés se disaient ce jeudi un peu sonnés. "Même si on voit bien qu'avec la concurrence asiatique, le marché est devenu tendu" explique l'un d'eux. Sonnés mais pas abattus ajoute une des ses collègues : "La chaine tourne encore et on donne tout en espérant un repreneur". Il reste un mois aux dirigeants pour le trouver.

Partager sur :