Économie – Social

Saint-Étienne, quatrième ville la moins chère de France pour étudier

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 16 août 2016 à 14:20

Le campus Tréfilerie de l'université Jean-Monnet à Saint-Étienne.
Le campus Tréfilerie de l'université Jean-Monnet à Saint-Étienne. © Radio France - Emeline Rochedy

Pour étudier à deux pas de Geoffroy-Guichard, il faut 684 euros par mois, selon l'Unef. Estimation de budget qui classe Saint-Étienne au 31e rang sur 34 villes universitaires. Elle pourrait faire mieux, souligne le syndicat étudiant.

Saint-Étienne apparaît comme la quatrième ville la plus abordable dans le classement publié par l'Union nationale des étudiants de France. Le syndicat étudiant a publié mardi un palmarès des villes universitaires en s'intéressant principalement aux prix du logement et du transport ainsi qu'aux aides locales pour l'accès à la culture, la mobilité, l'emménagement et la santé.

L'Unef arrive ainsi à 684 euros par mois pour Saint-Étienne. Estimation qui fait arriver la ville de Geoffroy-Guichard au 31e rang sur 34 agglomérations universitaires, en termes de coût. Seules Brest, Poitiers et Limoges sont plus accessibles. En revanche, Lyon figure à la cinquième position (856 euros), Paris restant en tête avec un budget quasiment deux fois plus important que dans la Loire (1.156 euros). Dans la région Grenoble est 14e (749 euros) et Clermont, 28e (707 euros).

Le critère qui pèse le plus, c'est bien sûr le logement : "le poste de dépenses principal", souligne l'Unef. Le syndicat constate un recul des loyers de 0,30% (à 346 euros) à Saint-Étienne par rapport à l'an dernier, alors qu'ils augmentent quasiment partout. Il se fonde sur les montants communiqués par une plateforme de locations de particulier à particulier. L'Unef tient compte aussi de l’abonnement aux transports en commun, "passage obligé" qui nécessite 200 euros par an à Saint-Étienne, comme à Nancy. Alors qu'il est moins cher de se déplacer à Grenoble ou à Limoges, où le tarif est tombé à 90 euros !

L'organisation étudiante estime que Saint-Étienne peut devenir encore plus bon marché pour ceux qui viennent suivre un cursus par exemple en suivant l'exemple des régions Pays de Loire et Île-de-France pour le chèque santé. Le nombre d'étudiants a augmenté ces dernières années pour approcher les 20.000, c'est ce qui fait que Saint-Étienne entre cette année dans le classement de l'Unef.  Il intervient alors que la Fage (Fédération générale des associations étudiantes) indique que la rentrée 2016 coûtera 1.01% plus cher.