Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Saint-Etienne : restaurateurs et commerçants en alerte avant la manifestation nationale des "gilets jaunes"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les restaurateurs et les commerçants du centre de Saint-Etienne sont sur leurs gardes. Les gilets jaunes appellent à une manifestation nationale ce samedi 26 octobre. Sans pouvoir prévoir l'ampleur de la mobilisation ni d'éventuelles violences, la préfecture appelle à la vigilance.

La préfecture recommande aux restaurateurs et commerçants d'être vigilants et de ranger les tables, chaises ou panneaux pouvant servir de projectiles.
La préfecture recommande aux restaurateurs et commerçants d'être vigilants et de ranger les tables, chaises ou panneaux pouvant servir de projectiles. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Étienne, France

Les gilets jaunes seront de retour dans les rues du centre ville de Saint-Etienne ce samedi 26 octobre. Ils appellent à se retrouver dès 13 heures à Monthieu avant de se diriger vers la place du Peuple pour 14 heures, pour une manifestation nationale. Une manifestation non déclarée, à l'image de celles de novembre 2018. 

Difficile d'estimer par avance l'ampleur de cette mobilisation, mais par précaution, la préfecture recommande aux commerces de fermer sur le passage du cortège si possible et demande aux restaurants de rentrer les tables, chaises ou panneaux qui pourraient servir de projectiles si la situation dégénère. 

"On ne va pas fermer à chaque manifestation ! Ça peut très bien se passer, il faut rester vigilant."

Un peu moins d'un an après, les vitrines brisées et les magasins pillées sont encore dans tous les esprits. Jérémy travaille dans une boutique de la Grand'Rue. Difficile de rester serein : "Même s'ils font juste une marche, qu'il n'y a pas de bruit, rien, il y a toujours la peur : il ne faut pas qu'il y ait trop de clients quand ils passent, il faut éloigner les clients de la vitrine." Un peu plus loin dans sa boulangerie, Rémy Buize essaie de rester optimiste : "Si ça dégénère, on ferme les rideaux mais pour l'instant on reste ouvert, on ne va pas fermer à chaque manifestation ! Ça peut très bien se passer, il faut rester vigilant." 

Côté restaurateurs, la crainte est d'autant plus forte que ce samedi s'annonce très ensoleillé, avec des températures agréables. L'occasion de remplir les terrasses, probablement l'une des dernières fois avant l'hiver. "Si on fait encore un samedi sans la terrasse, c'est un gros manque à gagner ! explique Clémentine, serveuse place Jean Jaurès. Après il va faire froid, c'est ce week-end ou jamais." Mais à l'idée de revoir les gilets jaunes devant son restaurant, Eric Agostino grimace : "On pensait être débarrassés, mais non ... _on a quand même eu des terrasses brûlées place Jean Jaurès_. Donc on a donné des consignes à nos employés, qu'il n'aille pas à la confrontation et se cloître à l'intérieur si ça dégénère." 

Face à l'incertitude, la prudence

La crainte de revivre les mêmes scènes de violence qu'en novembre 2018 est partout, mais impossible de prévoir ce qu'il va se passer. Dans ce contexte, Eric Agostino salue la décision de la préfecture de ne pas tout simplement interdire les terrasses : "On a été prévenu officiellement qu'il fallait être vigilant, ne pas prendre de risque. Je trouve que c'est intelligent parce que l'année dernière, on a souvent enlevé notre terrasse pour rien. On n'était pas embêté c'est sûr, mais c'était 40% de chiffre d'affaires de moins."

De son côté, le président de l'association de commerçant Sainté Shopping se veut rassurant : "On appréhende mieux ce mouvement maintenant, estime Rémy Boute. Il est beaucoup mieux bordé par les forces de l'ordre et la préfecture." 

La préfecture a pris plusieurs arrêtés d'interdictions, notamment sur le port et l'utilisation d'armes, d'engins pyrotechniques ou de produits inflammables. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu