Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Près de Rennes : le centre commercial fermé, ces restaurateurs ont dû cesser la vente à emporter

-
Par , France Bleu Armorique

Depuis le 1er février, les centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés sont fermés en France. Pour les restaurants, qui se trouvent dans ces galeries marchandes, c'est un coup dur car la vente à emporter est aussi interdite. Une situation que vit ce couple de Saint-Grégoire, près de Rennes.

Emmanuel et Nadia Durey dans leur brasserie "Garage and co"
Emmanuel et Nadia Durey dans leur brasserie "Garage and co" © Radio France - Loïck Guellec

Après trois mois de vente à emporter, qui marchait plutôt bien, la brasserie "Garage and co" installée à l'entrée du centre commercial Leclerc à Saint-Grégoire, près de Rennes, a du cesser toute activité. Depuis le 1er février 2021, tous les centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés sont fermés en France afin de limiter les brassages de population pour mieux lutter contre le covid-19. Il n'y a pas eu de dérogations pour les restaurants ou les bars. Du jour au lendemain, Nadia et Emmanuel Durey se sont retrouvés sans activités.

Eviter le burn-out

Depuis l'arrêt de l'activité, le temps s'est brutalement suspendu pour le couple de restaurateurs qui travaillait plus de 12 heures par jour, 6 jours sur 7. Pour éviter le burn out, Emmanuel et Nadia Durey se sont mis à pratiquer la marche à pied. "On a la chance d'habiter à la campagne", explique Nadia Durey, "on a pris un nouveau rythme différent de celui qu'on avait auparavant".

On n'a plus de clients, on n'a plus le rush du midi. On passe beaucoup de temps dans la nature, ça permet d'évacuer le stress permanent lié à notre repos forcé. - Nadia Durey

Une formation pour faire des pizzas

Emmanuel Durey passe un peu de temps sur son autre passion, l'automobile. Il vient également de suivre une formation pour apprendre à faire des pizzas. "La pâte me posait des questions entre les fermentations courtes et longues. Je voulais savoir comment faire et avoir de bonnes bases. On s'interroge pour peut-être faire des pizzas plus tard quand on rouvrira".

Revenir à la brasserie

Financièrement, le couple arrive à tenir même s'il n'a repris l'affaire qu'en 2019 en mettant l'établissement à son goût. Suite au 2e confinement, Nadia et Emmanuel Durey ont reçu une aide de l'Etat de 10.000 euros. Leurs neuf salariés sont en chômage technique. Dans ce contexte très particulier et contraignant pour eux, il leur est impossible de se séparer de leur brasserie, alors ils y reviennent quasiment tous les jours.

C'est important de revenir régulièrement dans notre établissement. On met un peu de lumière et un peu de musique. Les tables sont retournées, tout prend la poussière, mais ce n'est pas un musée. On fait le ménage, on redonne un peu de vie à notre brasserie. - Nadia Durey

Nadia et Emmanuel Durey veulent aussi être prêts quand ils pourront rouvrir et quelle que soit la date.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess