Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Jean-de-la-Ruelle : une tonne d’oignons déversée sur le parking d'Auchan

dimanche 8 octobre 2017 à 15:16 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Une action coup de poing ce dimanche matin, le député Richard Ramos a déversé une tonne d'oignons devant l'hypermarché Auchan de Saint-Jean-de-la-Ruelle. Objectif : défendre les agriculteurs.

 À travers cette action, le député MoDem Richard Ramos se demande où passent les marges effectuées par la grande distribution sur les fruits et les légumes.
À travers cette action, le député MoDem Richard Ramos se demande où passent les marges effectuées par la grande distribution sur les fruits et les légumes. © Radio France - Cyrille Ardaud

Saint-Jean-de-la-Ruelle, France

C'est une action qui a été gardée secrète le plus longtemps possible. Aucune communication en amont et des médias prévenus au dernier moment. Ce dimanche matin, le député MoDem Richard Ramos a déversé une tonne d'oignons sur le parking de l'hypermarché Auchan de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

Aujourd'hui les oignons sont achetés entre 7 et 20 centimes aux agriculteurs et sont revendus jusqu'à 2€49 le kilo dans les supermarchés " - Le député MoDem Richard Ramos

Une opération réalisée dans le cadre des États Généraux de l'Alimentation (qui se déroulent depuis le 28 août et jusqu'à fin novembre) dans le but de défendre les agriculteurs. Le député s'insurge: "Aujourd'hui les oignons sont achetés entre 7 et 20 centimes aux agriculteurs et sont revendus jusqu'à 2€49 le kilo dans les supermarchés. On ne peut pas avoir des agriculteurs qui meurent – tous les trois jours il y en a un qui se suicide, des agriculteurs qui gagnent moins de 350€ par mois, et dans le même temps des marges aussi importantes pour les enseignes de grande distribution."

Et si l'action a eu lieu un dimanche, ce n'est pas dû au hasard, le député se dit contre les ouvertures dominicales d'hypermarchés.

Aucun gaspillage

Pour mener à bien son opération, Richard Ramos s'est entouré de plusieurs agriculteurs, il détaille : "L'un d'entre eux m'a fourni la tonne d'oignons, un autre le camion... Ce sont des exploitants Loirétains." Mais sur le parking, le député est seul. Aucun agriculteur ne l'a accompagné , selon lui "ils ont peur d'être black-listés par les enseignes".

Déverser une tonne de légumes sur un parking ne veut pas dire gaspiller. Les clients du magasin sont invités à se servir. "Au prix où ils sont achetés aux producteurs, autant vous les offrir" scande le député.

Les agriculteurs doivent pouvoir gagner leur vie correctement

Alexandre, la trentaine, repart donc avec une dizaine d'oignons et une prise de conscience en prime : "C'est quelque chose d'important que les petits agriculteurs puissent gagner leur vie correctement." Il y a aussi des clients déjà sensibilisés à cette question, comme Sylvie habitante de Saint-Jean-de-la-Ruelle : "C'est dramatique que ce genre d'action soit nécessaire pour faire prendre conscience aux gens que l'agriculture française est en train de mourir. Moi j'achète toutes les semaines une cagettes de légumes à un producteur. Dans le Val de Loire on a la chance d'avoir des fruits et des légumes à notre porte, on a l'embarras du choix !"

Il n'aura pas fallu longtemps pour que les oignons trouvent preneurs : en moins d'une heure toute la tonne a été ramassée.

Richard Ramos s'est déjà fait remarquer il y a quelques semaines à l'Assemblée Nationale. Avec le député France Insoumise François Ruffin, ils avaient épinglé le groupe Bigard, qui n'a pas publié ses comptes l'année dernière.