Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Lô : ça bloque toujours pour la rénovation des "îlots de la reconstruction"

-
Par , France Bleu Cotentin

Les 8 îlots emblématiques de l'architecture de la reconstruction de Saint-Lô après-guerre sont en très mauvais état, mal isolés, sans ascenseurs, avec des cours-dépotoirs. Le maire avait promis un grand programme pour aider les propriétaires à rénover. Quatre ans après, il reste beaucoup à faire.

L'un des huit îlots construits au sortir de la Seconde guerre mondiale dans le centre de Saint-Lô.
L'un des huit îlots construits au sortir de la Seconde guerre mondiale dans le centre de Saint-Lô. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Lô, France

"Vous voyez la cour ? Ah bah... c'est dégueulasse. Il y a des nids-de-poule partout, elle n'a jamais été goudronnée, les gens y entassent des déchets et pour le parking, c'est l'anarchie, tout le monde se met n'importe comment", constate une habitante de l'îlot Saint-Thomas. Elle possède un logement dans l'un des huit patés de maison emblématiques de Saint-Lô, construits après la guerre pour relever la ville détruite à 97% par les bombardements alliés : "Les rez-de-chaussée de la cour sont des arrières de magasins. Ils s'en servent d'entrepôt pour leurs stocks ou leurs poubelles, certaines vitres sont cassées"

On a essayé de faire goudronner la cour intérieure. Mais il y a quoi, 50 logements dans notre îlot ? Et on a réussi à retrouver seulement une dizaine de propriétaires... pas question qu'on paie à dix pour que tout le monde en profite" - Une habitante

Ces îlots sont de grandes copropriétés qui comptent entre 50 et 100 logements. Des appartements petits, mal isolés, sans ascenseurs, avec des cours intérieurs pas du tout entretenues. "Pourtant le potentiel architectural est là. On pourrait en faire des endroits très agréables à vivre, avec des cours végétalisées", se prend à rêver un agent de l'Anah, l'Agence de l'habitat qui aide les propriétaires à faire des travaux de rénovation.

L'îlot de la rue Saint-Thomas, à Saint-Lô, le 10 décembre 2018. - Radio France
L'îlot de la rue Saint-Thomas, à Saint-Lô, le 10 décembre 2018. © Radio France - Marc Bertrand

Les travaux devaient commencer en 2018

C'était également le rêve, et aussi la promesse, du maire de Saint-Lô François Brière, lors de son élection en 2014. A l'époque, il se veut optimiste : "Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il y a un besoin très fort de rénovation du centre-ville", et il propose "une nouvelle méthode, et j'y crois !" à nos confrères de Ouest-France. C'est le Popac, le Programme de prévention et d'accompagnement des copropriétés.

Le taux de vacance des logements a augmenté de 26% en dix ans sur l'agglo de Saint-Lô" - Saint-Lô Agglo

Car à l'époque, on ne sait pas qui est propriétaire de quoi dans ces logements. Les propriétaires d'appartements ne savent pas que c'est à eux d'entretenir les parties communes, comme les toitures ou les escaliers, et encore moins les cours. Résultat, personne ne les entretient. Depuis bientôt 70 ans. Le Popac doit recenser tous les propriétaires de logements pour aider à mieux flécher les aides et les travaux. Et à l'époque, le nouveau maire de la ville se donne quatre ans, pour des travaux qui commenceraient en 2018

Le casse-tête des copropriétés

Quatre ans après, les travaux n'ont toujours pas commencé. Selon l'agglo de Saint-Lô, le taux de vacance des logements a augmenté de 26% en 10 ans. Et les îlots de la reconstruction n'y sont pas étrangers, boudés par les ménages qui leur préfèrent les nouveaux lotissements tout neufs qui poussent en périphérie de Saint-Lô. "Le fichier qui recense les propriétaires, il est abouti, on l'a", assure François Brière aujourd'hui. 

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'à l'époque il y a trois ans, on était précurseurs. Aujourd'hui, avec le programme Coeur de villes, le gouvernement prend le sujet à bras le corps et peut accélérer les choses" - François Brière

"Ce qui bloque c'est que nous n'avons pas les outils juridiques pour que d'un appartement à l'autre sur un même îlot, les droits soient les mêmes pour les uns et les autres. Que certains n'aient pas à payer pour rénover l'escalier ou la cour pendant que d'autres, non", explique le maire. "On est en train de travailler avec des notaires, des spécialistes, pour arriver à organiser des copropriétés et ensuite imaginer des programmes de rénovation". Car tous ces logements sont privés. La mairie explique qu'elle n'a pas de pouvoir coercitif pour forcer les propriétaires à s'impliquer dans la rénovation de leurs biens

"Il y a une forme d'urgence" selon le maire de Saint-Lô

Pour François Brière, "il y a une forme d'urgence, les îlots sont le coeur de la ville, et la vacance est aujourd'hui concentrée justement sur ces îlots". Une urgence ? Oui, parce que la ville de Saint-Lô a perdu beaucoup d'habitants. Et que la ville compte aujourd'hui 1,63 habitant par logement, contre 2,26 en moyenne en France selon les dernières données disponibles, qui datent de 2012

Traiter le problème des logements vacants c'est traiter le problème de la rénovation des îlots, et donc le problème de l'inorganisation des copropriétés. C'est à cela qu'on travaille" - François Brière

Aujourd'hui, le maire ne se risque plus à donner une date pour le commencement des travaux. Pourtant, les propriétaires ont tout intérêt à se rapprocher de la mairie. Derrière, il leur sera plus facile d'obtenir des aides à la rénovation et à l'isolation pour leur logement, des aides dont les montants sont souvent conséquents. Et ainsi les rendre plus attractifs. "Quand vous voyez la cour arrière des immeubles de la rue Havin, rénovée, ce serait de formidables terrasses", imagine François Brière. Rajoutez des cours végétalisées au milieu des îlots, et ces appartements pourraient devenir des mines d'or pour leurs propriétaires.  

Choix de la station

France Bleu