Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Louis Sucre présente son plan social pour son usine de Cagny

Le groupe allemand Südzucker, numéro 1 mondial du sucre, a présenté ce jeudi le plan de restructuration envisagé pour sa filiale française Saint-Louis Sucre. L'arrêt de la production a été décidé pour l'usine de Cagny à l'Est de Caen. Les premières négociations vont débuter le 30 avril.

La sucrerie de Cagny près de Caen (Calvados)
La sucrerie de Cagny près de Caen (Calvados) © Radio France - Marianne Yotis

Cagny, France

Le plan social de Saint-Louis Sucre a été présenté ce jeudi matin par le groupe allemand Südzucker. Un CSE central (comité social et économique) s'est tenu au siège parisien de l'entreprise. Le numéro 1 mondial du sucre a décidé le 14 février dernier l'arrêt de la production pour l'année prochaine dans son usine de Cagny mais aussi à Eppeville (Somme) et Marseille. 130 postes sont menacés de suppression dont 74 à la sucrerie de Cagny qui n'aurait plus que 8 salariés sur place.

Les propositions de la direction ont ainsi été détaillées aux représentants du personnel. "Les suppressions de postes se feront sous forme de départ en retraite pour ceux qui sont en âge de la prendre, rapporte Loïc Touzé délégué syndical Force Ouvrière. La direction fait aussi une proposition de trois ans de pré-retraite payée par Saint-Louis Sucre, des départs volontaires pour ceux qui trouvent un emploi à l'extérieur de l'entreprise. Et au final s'il reste en mai prochain, plus de huit personnes nécessaires pour le maintien du site, ça sera des licenciements."

La filière betteravière veut reprendre l'usine de Cagny

Trois mois de négociations viennent donc de s'ouvrir ce jeudi. La première réunion aura lieu le 30 avril prochain, avant plusieurs autres entrevues prévues avec Südzucker. D'ici là les syndicats entendent mettre la pression sur le groupe allemand. Des actions sont envisagées lorsque la campagne de production de sirop débutera à la fin du mois. Mais ce que veulent surtout les salariés de Saint-Louis Sucre à Cagny c'est que leur usine soit reprise par la filière betteravière.

"Un projet de reprise sera déposé le 13 mai prochain sur le bureau de Südzucker" assure Loïc Touzé. Mais la direction se moque de nous. Ils nous disent qu'il n'y a pas de solutions. Nous on en a une. Les planteurs veulent reprendre le site donc vendez le ! La réponse donné est hallucinante. Ils nous disent, à ce jour, on a pas reçu d'offres. Ce qui est vrai, elle sera bientôt faite. Alors je m'interroge : est-ce que ça veut dire que c'est une porte qui est ouverte, sous-entendus quand on l'aura on l'étudiera, ou alors c'est une boutade et dans le fond ils ne nous donneront pas, quoi qu'il arrive, satisfaction."

Encore une campagne sucrière

L'arrêt de la production dans la sucrerie de Cagny est prévu pour mai 2020. D'ici là, les ouvriers de l'usine vont travailler le sirop à partir du 30 avril prochain. Une campagne sucrière aura aussi lieu de septembre 2019 à janvier-février 2020. Südzucker, numéro 1 mondial du secteur, produit 7 millions de tonnes de sucre par an. Sa filiale française Saint-Louis représente 18% du chiffre d'affaires de l'activité sucre du groupe allemand. Ce dernier veut baisser de 10% la production, soit 700.000 tonnes dont 450.000 tonnes (soit 65%) seront le résultat de l'arrêt de la production des sucreries de Cagny, Eppeville et Marseille.