Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Malo : deux salariés de Cora licenciés pour avoir refusé de travailler le dimanche

Deux salariés de l'hypermarché Cora de Saint-Jouan-des-Guérets, à côté de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) viennent d'être licenciés pour faute grave. Ils ont refusé de travailler le dimanche.

Les salariés sont employés du Cora de Saint-Jouan-des-Guérets.
Les salariés sont employés du Cora de Saint-Jouan-des-Guérets. - Google Street View

Saint-Jouan-des-Guérets, France

C'est une décision qui risque de conforter les opposants au travail dominical dans leur opinion. Deux salariés de l'hypermarché Cora de Saint-Jouan-des-Guérets dans l'agglomération de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) viennent d'être licenciés pour faute grave. Ils ont refusé de venir travailler le dimanche, confirmant une information révélée par nos confrères d'Europe 1.

Chrystele Lorant a été licenciée pour faute grave. - Radio France
Chrystele Lorant a été licenciée pour faute grave. © Radio France - Céline Guetaz

Christèle Lorant est employée chez Cora depuis 18 ans. Elle travaille comme caissière. Elle se dit "dégoûtée," par la décision prise par son employeur _"_après 18 ans de service sans reproche, ni un jour de retard, être jetée comme une moins que rien, c'est rude". "La direction a imposé six puis quatre dimanches par an aux salariés. Dans mon contrat rien ne le dit alors j'ai refusé. Pour moi le dimanche c'est vie privée, la famille et les loisirs. On a autre chose à faire le dimanche". L'employée a découvert à son retour de congés, une lettre lui indiquant son entretien préalable de licenciement "c'est bien indiqué que je suis licenciée pour faute grave, pour insubordination, parce que j'ai refusé de travailler un dimanche"

Aucune indemnité de licenciement

L'hypermarché Cora de Saint-Jouan-des-Guérets a décidé d'ouvrir ses portes le dimanche depuis le mois de mars 2018. Aucun avenant n'aurait été ajouté aux contrats des 200 salariés de l'entreprise. Un autre collègue de Christele a lui aussi été licencié. Il travaillait depuis huit ans au rayon crèmerie. "On lui demandait depuis plusieurs mois de venir travailler le dimanche mais il refusait. La direction lui a fait la misère pour ses vacances et ses jours de repos," explique un syndicaliste de l'hypermarché. L'homme dénonce aussi le manque de bienveillance dans l'entreprise et la pression qui pèse sur les salariés.

Licenciés pour faute grave, les deux salariés n'ont eu le droit à aucune indemnité, ni préavis. Ils vont porter l'affaire devant le conseil des prud'hommes de Saint-Malo. "Rien dans la loi n'oblige à travailler le dimanche. Il faut que cela soit stipulé dans le contrat de travail, et pour ces deux salariés, il n'y a aucune mention" précise François Maquaire, de la CFTC 35. Le syndicaliste soutient la procédure des deux employés devant les prud'hommes. La direction de Cora n'a pour le moment pas donné suite à nos sollicitations.