Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Nazaire : des salariés d'un sous-traitant des Chantiers de l'Atlantique sans salaire depuis deux mois

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

À Saint-Nazaire, sept salariés de l'entreprise HPR, filiale française de la société norvégienne Havyard ne sont plus payés depuis deux mois. Du jour au lendemain, l'entreprise leur a annoncé qu'elle mettait fin à ses contrats avec les Chantiers de l'Atlantique en raison de difficultés financières.

Les locaux de l'entreprise se situent dans le centre de Saint-Nazaire
Les locaux de l'entreprise se situent dans le centre de Saint-Nazaire © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

Ils sont encore sonnés par le mail reçu le soir du 21 mars dernier de la part du siège norvégien de Havyard leur annonçant la fin de l'activité de la filiale basée à Saint-Nazaire en raison de "difficultés financières". Un mail écrit en norvégien, en polonais, en anglais mais même pas en français. Pourtant, la filiale a signé des contrats avec les Chantiers de l'Atlantique jusqu'en 2022 pour du montage de réseaux électriques et de portes étanches à bord des paquebots.

Dans les deux jours qui suivent, une soixantaine de travailleurs détachés rentrent chez eux en Pologne et en Roumanie. Les sept salariés de droit français, embauchés en CDI, qui supervisent les travaux à bord ou gèrent des tâches administratives, se retrouvent seuls, sans plus d'explication. 

Salaires de mars et d'avril impayés

Depuis fin mars, ces salariés font face à un véritable casse-tête. Étant toujours sous contrat de travail avec HPR, ils se rendent tous les jours dans les locaux de la société à Saint-Nazaire mais n'ont pas beaucoup de motivation pour faire l'inventaire du matériel que leur demande leur manager polonais qu'ils n'ont vu qu'une fois. Ils ne peuvent pas chercher de travail ailleurs et n'ont toujours pas reçu leurs salaires de mars et d'avril. 

Avec l'aide de la CGT, ils ont saisi le tribunal des Prud'hommes pour le paiement des salaires. Ils ont aussi alerté le parquet qui a saisi le tribunal de commerce pour examiner le sort de l'entreprise. Deux audiences sont programmées la semaine prochaine. 

Environ 500 entreprises sous-traitantes travaillent aux Chantiers

La direction des Chantiers de l'Atlantique ne souhaite faire aucun commentaire sur cette affaire. La CGT estime que "la direction des Chantiers a sa part de responsabilité car elle a mis en place ce système de sous-traitance". Près de 500 entreprises extérieures contribuent à la construction des paquebots. Entre 5.000 et 6.000 salariés d'entreprises sous-traitantes sont employés sur le site tous les jours. Parmi eux, de nombreux travailleurs détachés, cela avoisinerait la moitié des effectifs de sous-traitants. Les Chantiers de l'Atlantique comptent 3.090 salariés.