Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Saint-Nazaire : MSC Croisière commande de nouveaux paquebots aux chantiers de l'Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Saint-Nazaire, France

De nouveaux contrats très importants vont être signés ce lundi entre le géant du paquebot et les chantiers à Matignon avec à la clé, des milliers d'emplois créés sur le site nazairien.

MSC Croisière commande de nouveaux navires aux chantiers de l'Atlantique.
MSC Croisière commande de nouveaux navires aux chantiers de l'Atlantique. © Radio France - Florent Guyotat

Deux contrats à plusieurs milliards d'euros vont être signés ce lundi 20 janvier au matin à Matignon (Paris) entre le géant du paquebot MSC et les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire, qui seront chargés de construire dans un premier temps deux nouveaux navires. Ce contrat va générer 14 millions d'heures de travail, soit 2.400 emplois pendant trois ans. 

Des bateaux livrés d'ici cinq à sept ans

Les navires de 6.700 passagers devront être livrés par les Chantiers de l'Atlantique entre 2025 et 2027. Il s'agit des premiers paquebots construits à Saint-Nazaire propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL) qui a la finalité de rejeter moins de CO2. 

Après la signature des contrats finaux, deux autres documents, des mémorundums of understanding (MoU), -des lettres d'intention-  seront signés pour des commandes futures. L'un pour le développement de quatre autres bateaux propulsés au GNL, avec à la clé huit millions d'heures de travail supplémentaire. Un investissement de quatre milliards d'euros. L'autre prévoit la construction de potentiellement quatre autres navires propulsés pour partie à la voile livrés fin 2030, ce qui représenterait un autre investissement de centaines de millions d'euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu