Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Saint-Nazaire : sans le mouvement des gilets jaunes, ils ne se seraient jamais rencontrés

lundi 3 décembre 2018 à 3:01 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

Ils sont retraités, agent en assurance, aide-soignante, auto-entrepreneur, cuisinier etc. Depuis le 17 novembre, ces gilets jaunes passent quasiment toutes leurs journées ensemble sur leur rond-point de Méan près du pont de Saint-Nazaire. Des profils très différents qui ne se connaissaient pas.

Ils sont plusieurs dizaines à occuper quotidiennement le rond-point de Méan
Ils sont plusieurs dizaines à occuper quotidiennement le rond-point de Méan © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

Au pied du Pont de Saint-Nazaire, le rond-point de Méan est un axe très fréquenté de la zone portuaire. Et depuis le 17 novembre, les gilets jaunes y organisent quotidiennement des barrages filtrants.  Ils sont plusieurs dizaines à se relayer, des personnes aux profils et aux âges  très différents. On y croise Julien un jeune cuisinier, Cécilia agent en assurances, Valérie aide-soignante, Estelle auto-entrepreneur ou encore Claude retraité. Ils discutent ensemble, partagent un café, vont parler avec les automobilistes qu'ils ralentissent. De nombreux conducteurs les saluent d'un coup de klaxon.

Jusque-là, ils ne se connaissaient pas et avaient peu de chance de se croiser. En revanche, tous partagent un même constat, ils n'en peuvent plus des fins de mois dans le rouge, des taxes qui augmentent. 

Ce sont de belles rencontres. Ces gens-là ne m'auraient sans doute jamais parlé dans le cadre de mon travail,  sans doute jamais parlé par rapport à la personne que je représente et aujourd'hui, on échange ensemble, il y a une osmose, c'est une vraie force. Il y a plein d'a priori qui tombent. " Cécilia, agent en assurances et gilet jaune.

Certains dorment même sur le rond-point - Radio France
Certains dorment même sur le rond-point © Radio France - Anne Patinec

Grande générosité

Sur le rond-point, les gilets jaunes ont construit une cabane avec l'aide de zadistes qui ont l'expérience de Notre-Dame-Des-Landes. Cela permet de s'abriter de la pluie et certains y dorment la nuit. Un barbecue est à disposition pour les  grillades. De nombreux commerçants du secteur ainsi que des automobilistes approvisionnent les manifestants en nourriture. D'autres donnent de l'argent. Une cagnotte a été créée pour aider ceux qui sont vraiment en difficulté financière. 

Emmanuel Macron cristallise la colère des gilets jaunes - Radio France
Emmanuel Macron cristallise la colère des gilets jaunes © Radio France - Anne Patinec

Besoin d'être écoutés

Sur tous les rond-points dans la région de Saint-Nazaire, depuis le début du mouvement, les gilets jaunes répètent leur besoin d'être écoutés . Si certains (minoritaires) en veulent en journalistes, d'autres sont intarissables dès qu'ils évoquent leur situation financière difficile, leur sentiment "que les élites n'en ont rien à faire du peuple".  Ils ne cachent pas leur fatigue mais ne veulent pas lâcher et certains se disent prêts à continuer jusqu'à Noël s'il le faut.