Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : L'actu de la mer

Saint-Nazaire : STX livre une sous-station électrique pour un champ éolien en mer de Belgique

mercredi 10 janvier 2018 à 18:58 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

En livrant cette sous-station électrique, les chantiers navals STX réaffirment leur ambition de devenir l'un des acteurs majeurs dans le domaine des EMR, les énergies marines renouvelables. Cette sous-station de 1200 tonnes est destinée à un champ éolien en mer pour le consortium belge Rentel.

La sous-station électrique ralliera la Belgique par barge
La sous-station électrique ralliera la Belgique par barge © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

Posée sur une barge, la sous-station électrique devrait quitter le port de Saint-Nazaire dans la nuit de jeudi à vendredi, tirée par un remorqueur. D'ici cinq jours, elle devrait arriver au large des côtes belges, en Mer du Nord, où elle doit être installée sur une fondation déjà en place. La sous-station électrique représente le coeur de la ferme éolienne : elle transforme le courant qui arrive des éoliennes et l'envoie à terre (à 42 km) via un énorme câble. Sur ce champ du consortium belge Rendel, 42 éoliennes sont prévues pour délivrer de l'électricité à près de 300 000 foyers d'ici la fin de l'année.  

Personne ne vit à bord

Entièrement autonome et automatisée, la sous-station électrique n'est pas conçue pour y vivre.  Les personnels de maintenance y viennent de façon occasionnelle et uniquement à la journée. La plupart des opérations peuvent être réalisées depuis la terre grâce à la haute technologie installée à bord.

Même si c'est beaucoup plus petit qu'un paquebot, la sous-station comporte beaucoup de technologies et de systèmes comme la détection d'incendie, l'informatique, la fibre optique, la génération d'électricité, le traitement des eaux usées. C'est assez complexe" Frédéric Grizaud, directeur de la branche Energies Marines chez STX

Sur le toit de la sous-station, plusieurs antennes permettrent de communiquer avec la terre - Radio France
Sur le toit de la sous-station, plusieurs antennes permettrent de communiquer avec la terre © Radio France - Anne Patinec

Continuer à se diversifier dans les énergies marines renouvelables. 

En 2017, les chantiers navals STX ont réalisé 95 millions d'euros de chiffre d'affaires dans les EMR, énergies marines renouvelables (sur un chiffre d'affaires d'1,3 milliard) . L'objectif est de continuer à se diversifier dans ce domaine et à atteindre les 150 millions d'euros. Une autre sous-station électrique, encore plus grosse, doit être livrée en mars prochain.  Le chantier naval emploie 180 personnes à temps complet dans ce domaine sur les 2 600 salariés. STX est candidat pour des sous-stations sur les trois appels d'offres en cours pour les champs éoliens français. Il espère aussi décrocher des contrats européens. 

Je suis confiant dans l'obtention de nouveaux contrats. Le marché repart en Europe du Nord. Aujourd'hui il y a des gens qui prennent des champs éoliens en Mer du Nord sans aucune subvention"' Laurent Castaing, le directeur général de STX France

La sous-station est entièrement automatisée - Radio France
La sous-station est entièrement automatisée © Radio France - Anne Patinec