Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Saint-Pierre-de-Chartreuse : Raidlight repris par son fondateur

-
Par , France Bleu Isère

Benoît Laval reprend officiellement les commandes après avoir quitté Rossignol en 2019. Un accord vient d'être trouvé. L'entreprise et ses 24 salariés restent à Saint-Pierre-de-Chartreuse (Isère).

L'entreprise Raidlight Vertical à Saint-Pierre-de-Chartreuse
L'entreprise Raidlight Vertical à Saint-Pierre-de-Chartreuse - Raidlight Vertical

C'est un peu un retour au bercail pour Benoît Laval. Lui-même athlète habitué des podiums et amateur de longue (voire très longue) distance, il crée Raidlight en 1999. Le fabriquant de vêtements de trail rachète Vertical, une autre marque de textile, au Viennois Béal en 2010. L'année suivante en 2011, l'entreprise fondée dans la Loire déménage à Saint-Pierre-de-Chartreuse (Isère), avec à la clé une trentaine d'emplois. 

Une vingtaine d'actionnaires

Benoît Laval y crée aussi la première station de trail en France, avec des parcours balisés. Raidlight connait alors une croissance à 2 chiffres depuis sa création, de quoi intéresser le géant isérois Rossignol qui souhaite renforcer son offre textile. Le rachat est acté en 2016 et Benoit Laval reste aux manettes. Trois ans plus tard, des "divergences stratégiques" comme il est écrit sur le communiqué, conduisent à son départ. 

Benoît Laval
Benoît Laval - photo Raidlight Vertical

Mais le fondateur de Raidlight n'a jamais vraiment rompu le lien : après avoir tenté, en vain, de racheter un atelier fermé par Rossignol, aujourd'hui Benoît Laval reprend donc la barre du navire avec l'ancien directeur général et une vingtaine d'actionnaires privés. Le collectif a ainsi levé 2,2 millions d'euros. "Raidlight et Vertical restent installés à Saint-Pierre-de-Chartreuse au cœur des Alpes" précise le communiqué qui ajoute que les 24 emplois actuels sont transférés à la nouvelle structure. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess