Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Saint-Pierre-des-Corps : 25 migrants mineurs s'installent sur le terrain de la paroisse

jeudi 26 juillet 2018 à 20:41 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Avec l'aide de plusieurs associations, vingt-cinq migrants mineurs non accompagnés (MNA), sans hébergement, se sont installés ce jeudi après-midi sur le terrain de la paroisse Notre-Dame-de-Varennes, à Saint-Pierre-des-Corps. Une occupation non autorisée pour interpeller les pouvoirs publics.

Vingt-cinq migrants mineurs se sont installés illégalement sur le terrain de la paroisse.
Vingt-cinq migrants mineurs se sont installés illégalement sur le terrain de la paroisse. © Radio France - Simon Soubieux

Saint-Pierre-des-Corps, France

Une occupation de terrain non autorisée a débuté ce jeudi après-midi, à Saint-Pierre-des-Corps, dans le jardin de la paroisse Notre-Dame-de-Varennes. Ce sont vingt-cinq migrants mineurs non accompagnés, sans solution de logement, qui se sont installés, en plantant une quinzaine de tentes. 

Des jeunes sans hébergement

Ces migrants mineurs sont exclusivement des garçons. Ils ont pour la plupart entre 15 et 17 ans, et viennent majoritairement de Guinée Conakry ou de Côte d'Ivoire. Ils sont tous arrivés en Touraine il y a quelques jours. C'est le cas de Babakar, 16 ans : "Je suis arrivé à la gare de Saint-Pierre-des-Corps il y a douze jours. Depuis, je dors tous les soirs dans la rue. Nous n'avons pas le choix." Tous les mineurs interrogés expliqueront dormir à la rue depuis quelques jours, voire quelques semaines. 

Ces mineurs ne peuvent en effet pas recevoir l'aide du SAMU social (115), réservé aux majeurs. Eux dépendent de l'aide sociale à l'enfance, et donc du Conseil départemental, comme tous les mineurs, français comme étrangers. 

Interpeller les pouvoirs publics 

Cette vingtaine de migrants mineurs a bien un rendez-vous de prévu avec l'aide sociale à l'enfance. Mais pas avant le 28 août. En attendant, ils ne peuvent pas être pris en charge par les services sociaux. Un traitement scandaleux pour l'association Utopia 56 -Tours. C'est elle qui a acheté des tentes aux mineurs et les a amenés sur ce terrain privé.  Morgane, une de leurs membres : "Aujourd'hui, ces jeunes dorment à la rue, n'ont pas accès aux douches sociales... Quand on évoque ce traitement avec la préfecture, elle nous dit qu'elle n'est pas responsable des mineurs. Quand on l'évoque avec le Conseil départemental, nous n'avons pas vraiment de réponse.

"Nous n'avons pas pour but d'occuper le terrain dans la durée." Anne, de Résistances 37 

Pour le moment, ni les bénévoles, ni les mineurs ne savent combien de temps l'occupation de la paroisse va durer. Pour Anne, bénévole de l'association Résistances 37, le moins de temps possible sera le mieux : "Nous avons mis en place une solution d'urgence qui est d'occuper ce terrain sur cette paroisse. Mais nous n'avons pas pour but d'occuper le terrain dans la durée. Simplement de trouver une solution pour ces mineurs."

Aujourd'hui, ces mineurs sont nourris presque exclusivement par les associations Chrétien Migrant et par la Table de Jeanne-Marie. Plus d'une trentaine d'autres mineurs sont déjà logés chez des bénévoles.