Agriculture – Pêche

Normandie : des pommes et des framboises en quantité limitée

Par Kathleen Comte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu lundi 3 octobre 2016 à 10:39

Rik Van Houtte, producteur de fruits à Bourgtheroulde dans l'Eure.
Rik Van Houtte, producteur de fruits à Bourgtheroulde dans l'Eure. - Kathleen Comte

C'est la saison de la cueillette depuis la fin du mois de septembre et jusqu'à début novembre en Normandie. Des fruits moins nombreux cette année à cause de la météo de ce printemps.

Rik Van Houtte, 48 ans, est producteur de fruits à Bourgtheroulde dans l'Eure en Normandie depuis plus de 20 ans. Dans sa ferme, de nombreux fruits sont vendus tout au long de l'année : poires, prunes, fraises mais aussi et surtout des pommes de toutes sortes.

Des fruits qui ont subi un printemps rude. Les températures basses et les fortes pluies de ces derniers mois ont fait des dégâts comme l'explique Rik Van Houtte : "On a eu une floraison difficile avec une petite gelée. Ajouté à cela, la pluie, pratiquement jusqu'au 14 juillet suivie de très fortes chaleurs qui ont provoqué des coups de soleil. On a donc perdu deux pommes sur trois. Concernant les fraises c'est un tiers de moins, les poires -50%, prunes et pêches on n'a pas fait et mirabelles ça a été anecdotique..."

Alain Caboulet est propriétaire-récoltant et producteur cidricole à Saint-Ouen du Tilleul dans l'Eure. C'est un ami de Rik, lui non plus n'a pas été épargné : "On a un avantage par rapport à la pomme au couteau faite pour être mangée directement, c'est que nos pommes fleurissent trois-quatre semaines plus tard. Ce qui fait que nous on a perdu seulement 15 à 20% de nos pommes. Ce sont les poires qui ont davantage été touchées avec jusqu'à -40% de la production. Mais c'est surtout au niveau commercial qu'on est concerné. Le mauvais temps et les grèves du pétrole n'ont pas permis aux touristes de venir sur la côte et donc on a moins vendu de cidres et de poirés."

Malgré les pertes, les clients sont au rendez-vous de la cueillette. Quatre après-midi par semaine visiteurs de passage ou habitués peuvent venir se perdre dans les allées du verger. Certains repartent chargés comme Marivonne, 68 ans, qui pousse une brouette remplie de cagots: "J'ai des pommes plus acides pour quand je fais de la randonnée et là je vais allée cherche de la Cox orange pour finir. Avec tout ça je vais faire des gâteaux, je vais en donner, je vais en manger... Bref un peu tout [...] J'essaye de venir dès je peux ici parce qu'on est très bien accueillis."

La ferme de Rik Van Houtte est ouverte tous les mercredis, vendredis, samedis et dimanches après-midi jusqu'au 1er novembre. Les pommes sont au prix de 1,20 euros le kilo.

Partager sur :