Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Salaire des militaires : le logiciel Louvois ne fait presque plus d'erreurs, selon le ministère des Armées

-
Par , France Bleu

Le logiciel fou, qui depuis 2011 a entraîné des erreurs dans le versement des soldes de plusieurs milliers de militaires, ne fait presque plus d'erreurs, a affirmé ce mercredi le secrétaire général de l'administration du ministère des Armées.

Le ministère des Armées, dans le quartier Balard à Paris.
Le ministère des Armées, dans le quartier Balard à Paris. © AFP - IAN LANGSDON / POOL

"Il y a certes toujours des difficultés, mais la crise du logiciel Louvois est sous contrôle" : ce mercredi, auditionné au Sénat, le secrétaire général pour l'administration du ministère des Armées, Jean-Paul Bodin, a assuré que seuls 3% des 180.000 soldes calculées et versées chaque mois aux militaires par ce logiciel faisaient encore l'objet d'erreur de calcul.

Le secrétaire général a expliqué que sur ces 3%, "2,8% font l'objet de corrections manuelles, et 0,2% nécessitent encore des paiements manuels, en dehors du logiciel. Mais "ces difficultés sont nettement moindres que ce qu'elles étaient dans le passé", assure Jean-Paul Bodin.

15% des indus abandonnés

Depuis 2011, ce logiciel fou a amputé les soldes de dizaines de milliers de militaires, dont certains n'ont même pas été payés du tout, mettant parfois leur famille en grave difficulté lorsqu'ils étaient en opération extérieure. A l'inverse, d'autres ont reçu trop d'argent : le ministère comptait en août 534 millions d'euros d’indus, dont 344 millions ont été recouvrés, et "15% de ces indus à hauteur de 78,5 millions d'euros ont été abandonnés parce qu'ils ne pouvaient pas être justifiés clairement".

En 2018, un nouveau logiciel, nommé Source Solde, entrera en fonction (à condition que les tests soient concluants), de façon progressive, d'abord pour la Marine puis en 2019 pour l'armée de Terre et en 2020 pour l'armée de l'air.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu