Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : 250 salariés du site de Craon au chômage partiel, les 77 autres affectés à la maintenance de l'usine

mercredi 10 janvier 2018 à 16:49 - Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018 à 9:05 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne et France Bleu

La Préfecture de la Mayenne a donné l'autorisation au groupe laitier Mayennais Lactalis d'avoir recours au chômage partiel sur son site de Craon, partiellement à l'arrêt depuis plus mois mois, mis en cause dans l'affaire des laits en poudre contaminés aux salmonelles. 250 salariés sont concernés.

Le site Lactalis de Craon est en partie à l'arrêt depuis plus d'un mois.
Le site Lactalis de Craon est en partie à l'arrêt depuis plus d'un mois. © Radio France - Thomas BREGARDIS

Craon, France

La demande avait été faite fin décembre par le groupe Lactalis, la Préfecture de la Mayenne a rendu sa décision. Le groupe laitier Mayennais a été autorisé à avoir recours au chômage partiel sur le site de Craon, mis en cause dans l'affaire des laits en poudre contaminés par des salmonelles. Le site est en partie à l'arrêt depuis plus d'un mois.

Deux-cents cinquante salariés concernés

L’autorisation de chômage partiel porte sur une période de quatre semaines, du 8 janvier au 4 février 2018. 

Elle concerne 250 salariés sur un effectif total de 327 salariés.

Des salariés répartis sur d'autres sites Lactalis

Des mesures sont mises en place par Lactalis pour limiter l’activité partielle. Sur les 250 salariés au chômage partiel, 70 ont accepté d'être répartis provisoirement sur d'autres sites du groupe, à Retiers ou Vitré en Ille-et-Vilaine. 

180 sont en revanche sans aucune activité.

Les 77 autres, qui ne sont pas concernés par le chômage partiel, sont employés sur le site de Craon pour le nettoyage, la désinfection et la maintenance de l'usine, nous explique Lactalis.

Pas de perte de salaire

L'autorisation de chômage partiel porte sur un volume maximal de 35 000 heures indemnisables. L’Etat n’indemnisera que les heures réellement chômées. Mais Lactalis s'engage à garantir le maintien à 100% de la rémunération nette des salariés concernés par le chômage partiel. L'entreprise va donc compléter ce que l'État ne prendra pas en charge.

La demande de chômage partiel pourrait être renouvelée, en cas d'arrêt prolongée de la production de lait en poudre pour bébés et de céréales infantiles.

En revanche, les 200 salariés qui travaillent dans la partie production de fromages sur le site de Craon ne sont pas concernés par ce chômage partiel.

Le communiqué de presse de Lactalis. - Radio France
Le communiqué de presse de Lactalis. © Radio France - Charlotte coutard