Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Salon international des EMR à Cherbourg : l'Etat montré du doigt

mardi 12 juin 2018 à 17:18 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

Les principaux acteurs du développement des Energies marines renouvelables en France sont à Cherbourg jusqu'à jeudi à l'occasion du salon international ICOE. L'occasion pour eux d'appeler l'Etat à soutenir la filière.

Les participants au salon ICOE de Cherbourg attendent de connaître les ambitions de l'Etat pour le développement des EMR.
Les participants au salon ICOE de Cherbourg attendent de connaître les ambitions de l'Etat pour le développement des EMR. © Radio France - Benoît Martin

Il est loin le temps où les premiers appels d'offre lancés par l'Etat pour l'installation de parcs éoliens en mer faisaient miroiter à Cherbourg des milliers d'emplois directs et indirects. Sept ans plus tard, plusieurs dizaines de millions d'euros ont été investis par les collectivités locales pour que le port cherbourgeois soit en mesure d'accueillir les industriels du secteur.  Des industriels qui ont joué le jeu, investissant aussi d'importantes sommes pour construire leurs usines (LM Wind Power, Openhydro...). Seulement aujourd'hui, alors que ces mêmes industriels ont besoin de garanties, l'Etat les plonge au contraire dans le doute. 

Une renégociation du prix de rachat de l'électricité mal perçue

C'est d'abord la décision de renégocier le prix de rachat de l'électricité éolien qui a provoqué l'inquiétude des industriels. Si les prix sont revus à la baisse, c'est l'équilibre économique des projets industriels qui est menacé. Pour Valérie Nouvel, vice-présidente du Conseil départemental de la Manche, "l'Etat prend le problème à l'envers; il faut d'abord que les industriels aient du volume, qu'ils produisent en quantité et ensuite, les prix baisseront d'eux-même". Cette question cruciale du prix de l'électricité  est débattue en ce moment et devrait être tranchée dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie qui sera dévoilée en juillet. Il est temps. Des industriels comme LM Wind Power qui annonçait voilà quelques années 500 recrutements à Cherbourg ne s'engage plus pour l'heure que sur une centaine de salariés. Car dans l'état actuel des choses, rien ne garantit qu'ils auront une charge de travail suffisante pour faire fonctionner leurs usines à plein. 

A quand les prochains appels d'offre?

Car c'est le second problème. Il y a aujourd'hui trop peu de projets de parcs éoliens off-shore en France pour soutenir la production. Pour Marc Lafosse, du Syndicat des Energies renouvelables, "un industriel ne peut faire vivre son usine avec seulement 3 parcs éoliens; il est temps que de nouveaux appels d'offre soient lancés". Temps aussi que les premiers appels d'offre aient lieu pour les projets hydroliens. "Aujourd'hui, la technologie est prête. Il faut que l'Etat donne le feu vert à l'installation des premières hydroliennes", estime Laurent Schneider-Maunoury, président de Naval Energies qui inaugurera jeudi son usine cherbourgeoise. Et le chef d'entreprise d'ajouter que _"si l'on entre pas dans une phase d'exploitation industrielle, la filière mourra"_. 

Les élus locaux soutenus par les industriels lancent l'Appel de Cherbourg pour une politique ambitieuse en matière d'EMR. - Radio France
Les élus locaux soutenus par les industriels lancent l'Appel de Cherbourg pour une politique ambitieuse en matière d'EMR. © Radio France - Benoît Martin

L'Appel de Cherbourg

Elus et industriels font un constat : aucun représentant du gouvernement n'était présent à l'ouverture du salon cherbourgeois. Ils espèrent que ça ne traduit pas un désintérêt de l'Etat pour cette filière d'avenir et ont résumé leurs attentes dans un "Appel de Cherbourg". Ils comptent avoir des réponses à leurs interrogations dès le mois prochain, avec la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie.