Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Samedi de grève et de soldes au magasin Conforama à Charancieu

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Une dizaine de salariés étaient en grève ce samedi au magasin Conforama de Charancieu (Isère), près de la Tour du Pin. Ils ont appris mercredi que leur magasin, comme 31 autres en France, était menacé de fermeture. L'établissement était ouvert malgré la grève mais la colère est bien là.

Samedi de soldes oblige, le magasin Conforama de Charancieu (Isère) était ouvert malgré la grève
Samedi de soldes oblige, le magasin Conforama de Charancieu (Isère) était ouvert malgré la grève © Radio France - Nicolas Joly

Charancieu, France

Les salariés du Conforama de Charancieu, souvent appelé Conforama de la Tour-du-Pin, ont appris ce mercredi que le groupe d'ameublement allait fermer leur établissement. Conséquence d'un plan de "transformation profonde" qui pourrait voir fermer 32 magasins dont celui de Grenoble. Au total 1.900 emplois sont menacés de suppression. À Charancieu où 20 emplois sont en jeu, les salariés font grève pour la première fois de leur vie.

Toute première grève

Ils sont une dizaine à faire le piquet de grève sur le parking. Équipés pour faire face à la chaleur : "On va se vaporiser parce qu'il va faire assez chaud. On a les parasols, on a les glacières avec de l'eau bien fraîche", résume Corinne, qui fait grève pour la première fois. "J'ai 32 ans d'ancienneté chez Conforama, c'est mon premier travail et c'est vrai qu'entendre à 52 ans que ça va fermer c'est compliqué." Parmi les grévistes, aucun syndicaliste. C'est le premier mouvement social dans ce magasin.

Les grévistes font signer une pétition aux clients - Radio France
Les grévistes font signer une pétition aux clients © Radio France - Nicolas Joly

La nouvelle de la fermeture du magasin est tombée comme un coup de massue sur la tête des salariés. Beaucoup, comme Valérie, l'ont appris par les médias. "Je l'ai appris en entrant dans ma voiture, à la radio. J'ai entendu que les magasins concernés sont à Grenoble et à la Tour-du-Pin. On savait qu'il y avait une liste de magasins qui allaient fermer, mais on ne savait pas lesquels." Pour le moment les informations arrivent au compte-goutte. La direction refuse de communiquer avant le 11 juillet, date à laquelle une procédure doit s'ouvrir pour discuter du projet de restructuration avec les représentants du personnel.

Mort annoncée d'un commerce de proximité

Le magasin est resté ouvert malgré tout, samedi de soldes oblige. Des pancartes à l'entrée préviennent les clients de la grève. Valérie leur tend une pétition. "On fait signer à tous nos clients qui viennent depuis des années et on leur fait mettre un petit mot de soutien si ils veulent. On a déjà trois, quatre pages de remplies."

Les salariés ont signalé leur mouvement de grève par des pancartes à l'entrée du magasin - Radio France
Les salariés ont signalé leur mouvement de grève par des pancartes à l'entrée du magasin © Radio France - Nicolas Joly

La plupart des clients signent volontiers. Beaucoup connaissent bien le magasin et ses employés. Brigitte leur a même apporté des viennoiseries : "Je trouve que c'est dommage que ça ferme. Il va falloir aller ailleurs mais ma fille est handicapée et mon mari est gravement malade alors je ne peux pas aller à Ikea, c'est trop grand et trop fatigant." De son côté Jacqueline regrette de voir fermer une enseigne qu'elle a toujours connue. "Je suis cliente depuis qu'il a ouvert, ça fait 33 ans. C'est dommage pour le personnel, ça va encore faire du chômage supplémentaire"

Extrait du communiqué de presse de Conforama - Aucun(e)
Extrait du communiqué de presse de Conforama - DR