Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sancerre : la Covid complique l'accueil des vendangeurs

-
Par , France Bleu Berry

Alors que les vendanges commencent en Berry, les dépistages Covid se multiplient dans les vignobles pour éviter tant que faire se peut, l'apparition de cluster. Après Menetou-Salon, c'est à Sancerre qu'une équipe de prélèvement de l'hôpital de Bourges était ce jeudi.

Plusieurs dépistages de la Covid sont organisés à Sancerre, alors que débutent les vendanges.
Plusieurs dépistages de la Covid sont organisés à Sancerre, alors que débutent les vendanges. © Radio France - Michel Benoit

Dans la région de Sancerre, c'est environ un millier de vendangeurs qui vont travailler. Certains venus d'assez loin, parfois de l'étranger, le risque n'est donc pas négligeable même s'ils sont peu à dormir dans des dortoirs communs.  Les viticulteurs sont donc vigilants pour limiter les risques : un cas dans une équipe de cueilleurs serait catastrophique car il serait difficile de retrouver de nouveaux personnels. Le test Covid n'est pas imposé par les vignerons (c'est interdit) mais fortement recommandé...  

L'équipe mobile du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges est chargée de pratiquer les tests à Sancerre
L'équipe mobile du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges est chargée de pratiquer les tests à Sancerre © Radio France - Michel Benoit

Eric est venu avec une certaine appréhension mais finalement l'écouvillon dans le nez, ce n'est pas si terrible : " Ca piquote un peu et j'ai une petite larme qui coule, mais ça va. Je commence les vendanges lundi et on m'a conseillé de me faire dépister. Je suis donc venu." Jean-Michel Fouassier s'est présenté également : il cultive près de 60 hectares en Sancerre. Ce vigneron a recruté une cinquantaine de personnes et veut éviter à tout prix devoir interrompre la cueillette à cause d'un cas covid : " Ce serait une catastrophe. Où on trouverait de nouveaux bras ? Avec ma femme, on se casse la tête tous les matins pour organiser les mesures de prévention. C'est vrai que c'est un casse-tête et c'est très lourd. On affiche les mesures un peu partout. Chaque vendangeur aura une bouteille d'eau à son nom. Chacun aura sa fiole de gel. Dans les véhicules de transport, on ne mettra que six personnes au lieu de neuf. Il faudra que chacun joue le jeu.

Les vendanges viennent de commencer à Sancerre
Les vendanges viennent de commencer à Sancerre © Radio France - Michel Benoit

Les viticulteurs sont donc priés de prendre toutes les précautions, à l'initiative de l'union viticole de Sancerre : " C'est par exemple d'avoir toujours le même voisin de vigne dans les rangs pendant la cueillette, détaille Nathalie Prieur directrice de l'union viticole de Sancerre.  Dans les réfectoires, chacun devra garder la même place. des mesures qui permettront de limiter les cas contacts. C'est la clef de la réussite pour limiter l'impact, si un cas survenait." Dans les vignes, pas de masque si on est à plus d'un mètre : " C'est sûr, il faudra faire attention, reconnait Eric. Mais ça va être compliqué parce qu'on coupe généralement en face l'un de l'autre à environ trente centimètres. A moins que les patrons organisent différemment le travail." Jean-Michel Fouassier s'est bien évidemment penché sur le problème :  " On essaiera d'espacer chacun correctement. Cela veut dire qu'il y aura au moins deux personnes chargées de veiller au grain, dans les vignes." Cela impactera sans doute la productivité, sans parler du coût financier : le domaine Fouassier a commandé 5.000 masques à 62 centimes pièce...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess