Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sandrine Doucet : "Il faut être vigilant à ce qui est fait par le gouvernement"

mercredi 20 août 2014 à 7:00 Par Sophie Dupuy, France Bleu Gironde

Le gouvernement fait sa rentrée ce mercredi, réuni en conseil des ministres à l'Élysée. Manuel Valls a annoncé qu'il n'y aura pas de changement de politique. Une position dénoncée par les élus socialistes frondeurs, parmi eux Sandrine Doucet, députée de la 1ère circonscription de Gironde.

Sandrine Doucet, députée socialiste de la 1ère circonscription de Gironde.
Sandrine Doucet, députée socialiste de la 1ère circonscription de Gironde. © MAXPPP

"Vive la gauche ! ", c'est le nouveau slogan des élus socialistes frondeurs pour cette rentrée politique, à une dizaine de jours de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle. Parmi ces élus qui demandent une politique plus sociale, Sandrine Doucet, députée de la première circonscription de Gironde . Pour elle, les frondeurs ne se situent pas contre le gouvernement.

Avec une croissance nulle et un chômage toujours en hausse, peut-on parler d'une rentrée difficile pour le gouvernement ?

Sandrine Doucet : C'est vrai que les chiffres sur les performances économiques sont assez décevants mais il faut regarder ce qui a été fait pour la rentrée, avec une allocation de rentrée scolaire revalorisée, même chose pour les bourses des étudiants. Il faut quand même être vigilant à ce qui est fait par le gouvernement. Les résultats se font attendre et peut-être qu'il y a des options économiques à revoir.

Vous faites donc partie des députés frondeurs  ?

Oui. J'ai d'abord fait partie de ce groupe des cent députés qui ont appelé à une autre politique. J'ai tout de même voté le pacte de responsabilité car je pense qu'il y a une confiance à restaurer avec les entreprises. Mais je demande à ce qu'il y ait du débat, une confrontation d'idées et aussi une réorientation en faveur des ménages et de la croissance. Notamment aller davantage vers une politique qui améliore le pouvoir d'achat des Français.

Pourquoi avoir choisi ce slogan "Vive la gauche" ?

"Vive la gauche" , c'est une réponse contre tous ceux qui annoncent la fin du Parti Socialiste. Les socialistes sont bien là, les militants aussi, le programme du président François Hollande mérite d'être continué à achever. Effectivement nous sommes là pour dire "Vive la gauche" . Ce n'est pas se mettre à part, c'est se donner un espace de parole pour ce qui avait été prévu pour les Français en 2012.