Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sans-abris, des migrants mineurs investissent une église de Marseille

mercredi 22 novembre 2017 à 14:48 Par François Madeuf, France Bleu Provence et France Bleu

Une quarantaine de jeunes migrants sains-abris sont réfugiés à l'intérieur de l'église Saint-Ferréol-les-Augustins, sur le Vieux-Port de Marseille. Ils dénoncent le manque de solutions pour les mineurs étrangers isolés. Le département tente de trouver une solution pour les accueillir.

Les 40 mineurs étrangers isolés pourront rester dans l'église Saint Férreol jusqu'à samedi
Les 40 mineurs étrangers isolés pourront rester dans l'église Saint Férreol jusqu'à samedi © Radio France - Corrine Blotin

Marseille, France

Ils sont arrivés à 18h, dans l'église des Augustins de Marseille, sans prévenir les autorités religieuses. Quarante migrants qui dénoncent les conditions de vie des jeunes mineurs étrangers isolés.

Des enfants et des adolescents qui vivent et dorment dans la rue, faute de solutions d'hébergement. Le conseil départemental des bouches du Rhone, chargé normalement de leur trouver un abri, affirme avoir épuisé toutes ses possibilités et fait appel à l'Etat.

Une situation d'urgence ignorée par le gouvernement"

60 places d'accueil étaient ouvertes en juillet dernier, d'après le département. 40 autres seront créées début 2018. Des moyens insuffisants face aux 500 jeunes migrants non-accompagnés qui sont arrivés dans les Bouches du Rhône en 2016. "Une situation d'urgence exceptionnelle totalement ignorée par le gouvernement", se défend la chargée de l'enfance au conseil départemental dans un communiqué.

Le département annonce mercredi soir avoir finalement trouvé une solution pour ces jeunes . Des places dans la maison de la solidarité du Pressensé à Marseille, le temps de mener les enquêtes sociales obligatoires pour leur prise en charge.

Mercredi matin, l’archevêque de Marseille, Monseigneur Pontier, est allé à leur rencontre. Il les a autorisés à rester toutes les nuits jusqu'à samedi, à condition de laisser la vie de l'église se dérouler normalement.

Le département a également été interpellé par le député de cette circonscription, Jean-Luc-Mélenchon, chef de file de la France Insoumise, pour qui les "solutions éphémères ne peuvent suffire".