Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sarthe : abandon du projet de mutualisation des rédactions du groupe Ouest-France

mercredi 24 octobre 2018 à 20:09 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

Le projet de mutualisation entre Ouest-France et Le Maine Libre est "caduque" selon la direction. En Sarthe, c'est un soulagement pour les salariés du groupe après 40 jours de mobilisation. Mais ils restent vigilants.

Quel avenir pour les journaux du groupe Ouest-France en pays de la Loire ?
Quel avenir pour les journaux du groupe Ouest-France en pays de la Loire ? © Radio France - Ruddy Guilmin

Sarthe, France

Des erreurs sur la forme comme sur le fond : la direction d'Ouest-France a justifié l'abandon de son projet de mutualisation des rédactions. En Sarthe, il prévoyait la fermeture des locales du Mans, de Sablé-sur-Sarthe et de La Flèche pour ne garder qu'une rédaction départementale de 8 journalistes, dans les locaux du Maine Libre. Il n'y avait eu aucune concertation avec les salariés. 

La direction du groupe reconnaît que le dialogue social ne partait pas sur de bonnes bases. "Après 40 jours de mobilisation, la direction reconnaît que ça a été un peu brutal, qu'il aurait fallu davantage consulter en amont. La direction l'a admis de façon assez intelligente. Ils ont vu et entendu notre colère et nos désaccords profonds", salue Jérôme Lourdais, journaliste à la rédaction du Mans.

Jérôme Lourdais, journaliste à la rédaction d'Ouest-France au Mans, est soulagé mais reste vigilant

Les salariés restent très vigilants

Si le projet en l'état est abandonné, une autre version sera discutée avec les salariés. Dans les cartons, la direction réfléchit à la mutualisation des correspondants. Les rédactions sportives pourraient aussi être mutualisées, en tout cas de façon ponctuelle pour la couverture d'événements comme les 24 heures du Mans. Et puis, la direction indique qu'il y aura des solutions à trouver pour les secteurs de La Flèche et de Sablé. 

"L'idée n'est pas complètement abandonnée. C'est pour ça qu'on reste vigilants. Notre secrétaire général a rappelé qu'il faudra faire des économies d'une manière ou d'une autre, que la réduction des charges reste à l'ordre du jour. Il y a toujours le spectre de réductions d'effectifs, c'est toujours dans l'air", souligne Jérôme Lourdais.