Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sarthe : annulation du projet de reprise de la papeterie Arjowiggins

vendredi 28 décembre 2018 à 17:12 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

C'est une déception pour les salariés et les syndicats. La papeterie Arjowiggins, qui emploie environ 900 personnes en Sarthe, ne sera pas reprise. Aucun accord n'a été trouvé avec le repreneur potentiel, en raison de la conjoncture défavorable.

L'usine ArjoWiggins basée à Bessé sur Braye, en Sarthe
L'usine ArjoWiggins basée à Bessé sur Braye, en Sarthe - © Google Maps - Capture d'écran

Sarthe, France

Depuis l'été 2018, les salariés de la papeterie Arjowiggins voyaient d'un bon œil la reprise de leur groupe par le Néerlandais Fineska BV. Mais les discussions n'ont pas abouti, sans doute en raison de la conjoncture. Les prix des matières premières, dans le secteur de la papeterie, se sont envolés ces derniers mois. Les deux groupes n'ont donc pas trouvé de solutions. C'est une déception pour les quelques 900 salariés en Sarthe, dans les usines de Bessé-sur-Braye et de Saint-Mars-la-Brière.

Inquiétude des salariés

Pour l'instant, cet échec de la cession d'Arjowiggins ne signifie pas qu'il y a des risques de suppressions de postes. Mais cela prive le groupe d'une perspective d'avenir à long terme. _"_Les salariés sont assez inquiets en se demandant ce qui va se passer maintenant, si cet abandon va remettre en cause des choses", confirme un syndicaliste. "Nous attendions depuis trois mois que la reprise se fasse complètement. Cette cession était une bonne nouvelle. Le repreneur était un industriel avec une vision pour les usines. Ce qui n'est pas le cas de Sequana, qui veut se séparer de l'industrie lourde. Les salariés se demandent comment ça va se finir", poursuit-t-il.

Un comité central d'entreprise est prévu le lundi 7 janvier prochain pour faire le point sur la situation d'Arjowiggins et l'avenir des salariés.