Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Sarthe : fin de la grève à la papeterie Allard après l'obtention d'une prime Covid

-
Par , France Bleu Maine

En grève depuis vendredi pour dénoncer leurs conditions de travail en pleine crise sanitaire, les salariés de la papeterie Allard emballages, à Aubigné-Racan, on décidé ce mardi de reprendre le travail après avoir obtenu une "prime Covid" de 600 €.

Une grève avec les mesures de distanciation sociale
Une grève avec les mesures de distanciation sociale - DR

Les salariés de l'usine Allard emballage d'Aubigné-Racan, dans la Sarthe, ont mis fin ce mardi à leur mouvement de grève entamé vendredi dans le but d'obtenir de meilleures conditions de travail, ainsi qu'une prime Covid pour récompenser leurs efforts dans cette période délicate. Au terme de ce mouvement suivi par une quarantaine de salariés sur les 70 que compte de ce site, l'un des quatre de ce groupe spécialisé dans l'emballage carton, ils ont obtenu de leur direction des mesures de sécurité et une prime de 600 €. 

Depuis le début de la crise du coronavirus, cette usine qui fabrique des bobines de papier pour l'ensemble du groupe ne s'est jamais arrêtée. Les salariés ont continué de produire, vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Alors quand la direction avait refusé certaines demandes pour assurer la sécurité des salariés et maintenir une bonne hygiène, cela avait mis le feu aux poudres, après plusieurs années de relations compliquées entre la direction et les salariés.

Les salariés pointaient "le manque de respect" de la direction

"Les réponses, le discours et le manque de respect de la direction n'ont pas été appréciés", résume Mickaël Mignonac, délégué CGT de l'usine. Selon le syndicat, la direction avait par exemple refusé de faire appel à une société de nettoyage, obligeant les ouvriers mettre en place un planning pour nettoyer eux-mêmes les toilettes et les vestiaires. Puis il avait  fallu négocier pour obtenir du savon, du gel hydroalcoolique. "Depuis vendredi, les conditions sanitaires étaient à peu près réunis, reconnaît Mickaël Mignonac, mais le mouvement se poursuivait pour obtenir une prime." 

Les salariés demandaient un bonus de 1 000 €. Au terme d'une réunion de négociation ce mardi avec la direction du groupe, basée à Brive, en Corrèze, un accord a été trouvé à hauteur de 600 €. "Les salariés étaient d'accord là-dessus donc on a trouvé un arrangement, explique Mickaël Mignonac, on redémarre donc les machines dès ce mardi soir pour relancer la production ce mercredi."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess