Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sauvée, la Fonderie de Bretagne de Caudan veut construire son futur

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Une "étude stratégique" va être lancée à la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan). Enjeu : augmenter son tonnage et lui permettre de diversifier sa production pour devenir rentable.

Explosion de joie et émotion pour Eric Blanchier, représentant CGT au CSE, devant la sous-préfecture de Lorient où se tenait un CSE extraordinaire pour la survie de la Fonderie de Bretagne
Explosion de joie et émotion pour Eric Blanchier, représentant CGT au CSE, devant la sous-préfecture de Lorient où se tenait un CSE extraordinaire pour la survie de la Fonderie de Bretagne © Maxppp - Vincent Michel / Le Télégramme

Ni fermée, ni cédée. Renault, en proie à de grandes difficultés, a décidé de garder dans son giron la Fonderie de Bretagne, située à Caudan (Morbihan), et ses 385 salariés.

La direction du site et les représentants syndicaux ont annoncé la nouvelle à une centaine de salariés réunis devant la sous-Préfecture de Lorient où s'est tenu un comité social et économique exceptionnel, ce vendredi matin.

Arrêtée depuis le lundi 25 mai, la production reprendra le mardi 2 juin.

Augmenter le tonnage

Tous les salariés savent que ce sauvetage n'est peut-être qu'un répit. Le site doit maintenant s'adapter pour s'inventer un futur. Laurent Galmard, directeur, a annoncé le lancement prochain d'une "étude stratégique.". Un groupe de travail incluant les partenaires sociaux et les collectivités locales.

Le tonnage actuel de l'usine est de 19.000 tonnes de fonte, alors que son seuil de rentabilité se situe au-delà de 30.000 tonnes. "Il faut récupérer les pièces délestées en Espagne. Après l'incendie, elles sont parties là-bas et ils sont en surcapacité, à 120 %. Donc on doit les récupérer", explique Eric Blanchier de la CGT.

Des pièces pour les véhicules agricoles et les poids lourds ?

L'étude portera aussi sur la diversification des pièces produites. "On ne peut faire de ferroviaire, mais on peut faire de l'agricole, du poids lourd... On a une chaîne toute neuve, du savoir faire (...) Il y aura toujours besoin de fonte sur une voiture, même électrique. S'adapter, on sait faire", conclut Eric Blanchier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu