Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Savoie : la grève prend fin chez MSSA

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Pomblière, Saint-Marcel, France

Les salariés de l'usine MSSA mettent fin ce lundi au mouvement de grève qui durait depuis 24 jours. Une augmentation générale des salaires a été obtenue, ainsi que le versement d'une prime exceptionnelle, entre autres.

Un piquet de grève était en place encore ce lundi matin devant le site
Un piquet de grève était en place encore ce lundi matin devant le site - FO

L'usine de produits chimiques MSSA de Pomblière Saint-Marcel dans la vallée de la Tarentaise vient de traverser son plus long mouvement de grève : commencée le 17 avril dernier, elle prend fin ce lundi 11 mai à 20 heures. Le matin encore, environ 60 salariés grévistes se sont rassemblés devant l'entrée du site sur le piquet de grève.

Hausse des salaires et versement d'une prime exceptionnelle

Finalement, un accord a été trouvé. La direction a tenu une réunion extraordinaire du CSE ce lundi, et a acté une augmentation générale des salaires de 1,4%, sur un plancher de 40 euros mensuels, plus une augmentation individuelle de 0,5 à 1%. Egalement accordé : le versement de 1 400 euros de prime PEPA - prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, l'une des mesures prises face à la crise du coronavirus - La direction précise aussi avoir amélioré le calcul sur les années d'ancienneté.

Il n'y a toutefois pas eu d'accord sur les jours de grève, comme le réclamait Force Ouvrière (majoritaire) ; la direction n'a accepté ni la pose de jours de congé, ni un étalement. 

Selon les explications de la direction, les représentants de la CGC et de la CFDT ont voté en faveur de cette sortie de crise. Restait FO : joint, le syndicat rappelle que sur le piquet de grève ce lundi matin, 35 salariés mobilisés ont opté pour continuer le mouvement, 28 pour le stopper. Les délégués ont toutefois appelé à la fin de la grève.

A l'origine de ce bras de fer entre direction et syndicats : les négociations salariales annuelles, qui avaient déjà engendré un conflit social ces deux dernières années. S'en est suivie la problématique de la crise du coronavirus. Malgré les désaccords, la direction avait souhaité reporter les négociations, contre l'avis des syndicats. De plus, l'usine n'a pas stoppé son activité pendant le confinement, le processus d'arrêt des fours étant trop long et trop coûteux. Force Ouvrière a alors dénoncé l'utilisation de salariés en poste non-formés, et a réclamé une prime pour le personnel encore en activité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu